Être entrepreneur et réussir en France

Être entrepreneur et réussir en France

Combien de personnes pensent que l’entrepreneuriat et la réussite sont réservés à une élite.

Paradoxalement, entreprendre n’a jamais été autant à la mode ces dernières années en France.

Qu’être entrepreneur et réussir en France est incompatible.

Qu’être entrepreneur en France, s’est s’exposer au risque de tout perdre.

Et réussir en France, s’est avoir rencontré la chance à tous les coins de rue.

Être entrepreneur et réussir en France n’est rien de tout ça.

Pour ce faire je suis allé à la rencontre de Philippe Bloch, auteur, conférencier de renommée internationale et animateur sur BFM Business, qui m’a gentiment invité chez lui pour recueillir son point de vue sur l’entrepreneuriat en France.

Dans cette interview, vous verrez qu’être entrepreneur et réussir en France n’est pas incompatible, et que cela relève de plusieurs caractéristiques personnelles !

“Avec de l’envie, beaucoup d’énergie, et un peu d’argent, pas beaucoup, on peut faire des trucs formidables, et cela beaucoup de gens en ont envie !”

Soyez attentif tout au long de cette vidéo, car Philippe Bloch ne fait pas beaucoup d’interventions en publique, c’est donc un privilège. 🙂

Osez entreprendre, osez quitter votre travail, pour oser réaliser ses rêves ! Lancez-vous !

Vous avez aimé cet article ? PASSEZ À L'ACTION et recevez les meilleurs conseils sur la reconversion professionnelle

Votre confiance m'est précieuse, les informations que vous me communiquerez resteront entre nous.

Il a osé… se consacrer à son idée de startup et lâcher le salariat

Entrepreneuriat : La réalité d’un entrepreneur – Nicolas Trüb

Idée de création d’entreprise originale

Comment trouver une idée de business ?

Jeunes entrepreneurs qui réussissent

Ils ont osé… créer une startup et lever 500000€ : le cas de swapcard

Monter son entreprise : Les 7 défis à surmonter au moment d’entreprendre

Switch & Shine – Ép 1 : Quitter son job pour entreprendre

Estime de soi : comment développer son estime de soi avant d’entreprendre

Trouver sa voie et sa raison d’être : les questions à se poser

Et vous ? Pensez-vous qu’être entrepreneur et réussir en France est incompatible ?

The following two tabs change content below.

Jordane Z.

Coach de vie et d'affaires chez Osez Briller SAS
Coach de nouvelle génération, je suis aussi formateur. J’accompagne les personnes qui souhaitent donner du sens à leur vie professionnelle, vivre la vie qu’elles méritent et briller en société. Si vous souhaitez faire briller un peu plus votre quotidien, abonnez-vous à l'un de mes réseaux.

Derniers articles parJordane Z. (voir tous)

Entreprendre et réussir

10 comments

  1. Héloïse says:

    J’entends en effet beaucoup d’entrepreneurs convaincus qu’en France (ou en Belgique) c’est impossible de réussir à long terme. C’est clair qu’avec cette croyance, ils se limitent déjà.
    Au final, oui, c’est un état d’esprit (comme tu dis déjà en démarrant la journée en pensant à ce qu’il va arriver de chouette et pas l’inverse!) et puis se donner le temps/moyens de suivre son plan/ses actions.
    Et puis garder l’oeil sur ‘the big picture’ (comme il dit dans la vidéo: un grand rêve, passion, persévérer…)

    Maintenant, soyons francs: en France/Belgique, on n’est pas gâtés côté lois sociales/taxes…
    Mais bon, pour moi la liberté et le fait de ne dépendre de personne sont essentiels et, donc, je fais ce choix. mais je peux comprendre que pour beaucoup, ça fait peur => oui, beaucoup font un job qu’ils n’aiment pas ou ‘rêvent’ d’entreprendre et n’osent pas. Et puis, nous faisons face à un large public “d’assistés”. Même les salariés qui bossent. Ils ont tant reçus (avantages xyz) qu’ils ont peur de perdre!

    S’entraider ‘aide’ aussi : ) Samedi j’ai brainstormé avec un couple d’entrepreneurs et on a décidé d’étudier le marché pour lancer un produit. Chacun avec nos compétences, c’est super! Après ça marche ou pas, who cares! Mais au-moins, on voit des opportunités plutôt que de les fuir par peur du risque!

    bref, continuons à partager nos passions et montrer aux autres que, oui, c’est possible d’entreprendre (pour soi! plutôt que pour quelqu’un d’autre, comme le patron) 🙂

    Merci pour cette chouette interview Jordane! et merci à Philippe Bloch!

    Dream Big ♥

    • Jordane Z. says:

      Merci Héloïse de ton commentaire, il y a tellement de choses à dire sur ce sujet, c’est pour cette raison que je me suis lancé dans ce challenge de recueillir un maximum de témoignages d’entrepreneurs qui sont monsieur et madame tout le monde et qui ont réussi à aller au-delà de cette croyance qu’entreprendre c’est impossible.
      On n’a pas dit que ça allait être impossible, on a dit que ce serait pas facile 😉
      Et pourtant il existe des méthodes pour développer un peu plus chaque jour son activité pour la diriger vers la réussite, seulement, les gens veulent tout, tout de suite, et veulent aller plus vite que le rythme de la vie !
      J’ai débuté mon activité en ayant un grand but, pas d’être coach, mais d’être un grand coach pour démocratiser le coaching en France, car y en a marre d’être assimilé à un coach sportif ou à The voice !
      Mais ça c’est un autre sujet.
      On ne nous a pas appris à l’école qu’on pouvait travailler pour soi-même plutôt que pour quelqu’un d’autre, même on ne nous a pas appris à rêver et à réaliser ses rêves.
      Et quand les gens se rendent compte en milieu de vie que c’est effectivement possible, là l’envie de changer de vie, de se reconvertir les titille un peu plus chaque matin au réveil !
      Donc oui on est assisté car on passe du cadre scolaire au cadre managériale sans se dire qu’on est maître de notre destin !
      Et d’un autre côté on ne sait pas que c’est possible d’être son propre créateur de chemin de vie !
      Et comme tu dis ils ont peur de perdre.
      Je me souviens d’un collègue à qui j’ai demandé “pourquoi tu restes dans cette boîte avec le boulot et les heures que tu fais”, ils m’a répondu “c’est difficile de trouver des clients, et puis pour les fins de mois blablabla” je comprends surtout quand on a des gosses, mais à côté de ça le chômage restent la meilleure aide à la création d’entreprise comme je l’ai déjà dit !
      Comme tu dis on voit les opportunités plutôt que de les fuir par peur du risque !
      Merci Héloïse ! 🙂

  2. Sabrina says:

    Ah j’ai enfin pris le temps de regarder cette vidéo ! Comme j’ai bien fait 🙂

    Premièrement en écoutant M Philippe Bloch je comprends bien mieux la vision que tu as eu de son livre “Ne me dites plus jamais bon courage”. J’avais ressenti en le lisant un certain pessimisme qui me dérangeait Effectivement il est loin d’être pessimiste il fait même passer quelques chose de dynamique, on sent qu’il aime la vie. En réalité en lisant le livre j’ai simplement ressenti le pessimisme de la France et des Français dans lequel je ne me suis pas reconnue Mais une chose est sûre aujourd’hui j’y réfléchis à deux fois avant de dire bon courage 😉

    Je suis ravie d’entendre que selon lui on ne nait pas entrepreneur et qu’on peut entreprendre simplement parce qu’on rejette le salariat On ne l’entend pas assez et on nous fait croire que c’est réservé a une certaine catégorie de personne.

    Je m’interroge sur un point : on dit que c’est le parcours du combattant en France de monter sa boîte Je sais juste que l’administration en générale en France aime se faire des noeuds dans la tête (et nous avec) mais comme il dit il y a beaucoup de structures accompagnantes beaucoup de moyens de se faire aider de se faire accompagner Même si ça ne nous parait pas suffisant est-ce que ça existe ailleurs? Est ce que c’est pas encore notre fâcheuse tendance à voir le verre à moitié vide? et à se focaliser sur ce qui coince plutôt que sur les points positifs?

    Au final écoutons et partageons ce genre de discours très positifs encourageants et réalistes. Et Enjoy!!

    • Jordane Z. says:

      Merci Sabrina de ton commentaire 🙂
      C’est marrant car j’y ai repensé à ce que tu disais concernant le côté pessimiste, et on a eu deux interprétations et perceptions différentes au final.
      J’ai du être plus clairvoyant ;), plus sérieusement je revenais du Canada à cette époque, et j’ai eu la mauvaise idée de le lire à ce moment car le lire m’a confirmé les défauts de notre pays.
      Le Québec, c’est la France mais en mieux (excepté le froid) il y a un tel optimisme et dynamisme là-bas qui contamine tous les français qui y posent le pied.
      Je réponds à ta question quand je suis revenu de là-bas, je me suis lancé dans les démarches administratives.
      Pour obtenir UNE info, ça a été la misère administrative.
      Créer sa boîte c’est facile, trouver le bon interlocuteur qui dira pas des idioties ou qui ne te récitera pas une poésie qu’il aura trouver sur le net, c’est beaucoup plus dur, c’est pour cela que tous les entrepreneurs te diront que ce qu’ils les a fait réussir, c’est le réseau ! RIEN D’AUTRE !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code
     
 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.