Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

reconversion professionnelle

Vous avez récemment demandé à quitter votre job par une demande rupture conventionnelle ?

Vous avez commencez par faire un CV pour préparer votre retour sur le marché ?

Vous vous sentiez soulager jusqu’à ce que vous ayez reçu ce mail ayant pour objet : rupture conventionnelle refusée ?

Peu importe les raisons de votre décision, que ce soient vos conditions de travail qui se sont dégradées ces dernières semaines ou que le nouveau manager soit un tyran, vous voulez quitter votre job en trouvant un accord et vous avez opté pour une rupture conventionnelle mais celle-ci a été refusée.

Demande de rupture conventionnelle refusée ?

Relaxez-vous, je vais vous répondre et vous allez voir qu’il existe des alternatives à une rupture conventionnelle refusée.

Avant toute chose, avez-vous cherché à obtenir les raisons de ce refus ?

Savoir pourquoi la rupture conventionnelle a été refusée est la première chose que vous devez savoir.

La plupart du temps, qu’est-ce qu’il se passe quand vous faites votre demande à votre employeur ?

Idéalement, ce dernier vous répond OK et vous rentrez dans la partie négociation.

Loin de la représentation idéaliste que se font la plupart des salariés, demander une rupture conventionnelle et quitter son job n’est pas aussi simple.

Tout est une question de stratégie !

La plupart du temps, votre employeur va répondre “non” à votre demande, pour la simple et bonne raison qu’il ne veut pas vous laisser partir avec des indemnités.

Il va préférer que vous preniez la décision de démissionner pour ne rien avoir à débourser.

Rupture conventionnelle refusée, citation quitter son job, citation trouver sa voie, citation osez briller, citation progresser, citation changer de métier, citation reconversion professionnelle, citation confiance en soi, citation la solution est en vous
Rupture conventionnelle refusée

Être payé pour partir c’est le rêve de tous les salariés désengagés ou démotivés, à la limite du Burn-Out.

Exemple de rupture conventionnelle refusée

Récemment le conjoint d’une amie s’est vu refuser sa demande de rupture conventionnelle.

Pourquoi ? Parce que c’est un bon élément dans l’entreprise.

Il a rapporté en 2 ans plus de 2,5 millions de CA à lui tout seul, il est donc difficile pour l’employeur de se séparer d’un bon élément comme lui.

Mon ami se sent trahi par cette décision qu’il estime être injuste car il s’est impliqué dans cette entreprise.

Il ne s’attendait pas à voir dans sa boîte mail : “rupture conventionnelle refusée”.

Si dans le cas contraire, votre responsable vous considère comme un élément qui ne s’intègre pas suffisamment à l’équipe ou que l’exécution de votre travail ne le satisfait pas, vous représenterez davantage un coût pour lui qu’une valeur ajoutée.

Dans cette situation vous aurez plus de chances de vous voir proposer une rupture conventionnelle.

Vous trouvez ça injuste ?

Et pourtant !

La rupture conventionnelle n’est pas un droit

La rupture conventionnelle n’est pas un droit, vous ne pouvez pas l’imposer à votre employeur, et l’inverse est aussi valable.

Comme son nom l’indique, elle est issue d’un commun accord entre vous et votre employeur.

Il est donc dans son bon droit de vous faire un tampon rouge en gros sur le coin de votre demande : rupture conventionnelle refusée très cher-e- !

Alors, que faire quand on a reçu : rupture conventionnelle refusée ?

Quand je vous parlais de stratégie, hé bien ! OUI ! C’est une stratégie pour valider une demande de rupture conventionnelle !

Il y a deux possibilités pour faire en sorte que sa demande de rupture conventionnelle soit acceptée.

Il y a la manière forte comme :

  • La stratégie d’attaque brutale qui consiste à faire un abandon de poste.
  • La stratégie de protection qui vise à multiplier les arrêts maladie.
  • La stratégie du barreau qui est de se faire aider par un avocat pour forcer la main de votre employeur mais ça ne vous facilitera pas la vie.

Et il y a la manière douce comme :

  • La stratégie de la patience qui consiste à préparer son projet en parallèle de son travail, comme ce que j’ai fait, jusqu’à provoquer la rupture conventionnelle.
  • Ou bien demander un RDV pour exposer la situation, les faits et vous entretenir sur les raisons de votre départ, mais ça je suppose que c’est ce que vous avez fait et ça n’a pas marché.

Peut-être que comme le conjoint de mon amie, vous ne l’avez pas correctement amené sur la table.

Lui s’est servi de l’argument qu’il quittait la région parisienne pour s’installer en Haute-Savoie. Résultat : demande de rupture conventionnelle refusée.

Ce qu’il faut savoir avant de faire sa demande de rupture conventionnelle

Il vous faut savoir plusieurs choses avant de demander une rupture conventionnelle.

Rupture conventionnelle refusée, Citation quitter son travail, quitter son travail, quitter son job, quitter son emploi, citation reconversion professionnelle, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation la solution est en vous, citation osez briller, citation faire ce que l'on veut, citation se reconvertir, citation trouver sa voie, citation pour aller mieux, la solution est en vous, citation vie professionnelle, citation changer de travail, citation pour quitter son job
Rupture conventionnelle refusée
  • Est-ce que c’est la culture de la boîte ?

Ce n’était pas le cas dans mon ancienne boîte, pourtant j’ai réussi à l’obtenir.

J’ai su jouer la carte de la patience et de la résistance.

J’avais connaissance de l’état de santé de mon entreprise et qu’elle allait être en pleine réorganisation dans un futur proche.

Dès que la première rupture conventionnelle a été proposée dans l’entreprise, j’ai récupéré les infos de négoce du salarié concerné (conditions de départ, indemnités, délai de carence…) et j’ai provoqué la rupture avec ma propre stratégie.

  • Pour voir sa rupture conventionnelle acceptée, parlez le même langage

Ne réfléchissez plus en termes de raisons personnelles mais en termes de coût pour l’entreprise.

Vous serez d’accord avec moi que votre employeur n’aura pas d’intérêt à garder un salarié qui ambitionne une autre carrière, n’est-ce pas ?

Exposez les conséquences de votre désengagement en termes de coût pour l’entreprise.

Mais jouez cette carte intelligemment: faites un calcul des indemnités de départ de la rupture conventionnelle versus le coût de votre désengagement suite à cette demande de rupture conventionnelle refusée.

Ça n’est pas tout, mettez-vous dans les godasses de votre interlocuteur et présentez-lui des alternatives pour compenser votre départ comme le fait de trouver vous-même un remplaçant ou de vous engager à former le nouvel entrant qu’eux ou vous aurez trouvé.

Réfléchissez toujours en termes de ressources et de chiffres! Là vous serez écouté et augmenterez vos chances de passer d’une rupture conventionnelle refusée à une rupture conventionnelle acceptée.

Les alternatives à une rupture conventionnelle refusée

Même après avoir parlé la même langue que votre employeur, il ne vous laisse toujours pas partir de l’entreprise ?

Soit il s’accroche à vous comme un ex qui refuse d’avancer dans sa vie, soit il fait ça pour vous pourrir la vie… (Comme un ex !)

Et la plupart du temps, c’est la deuxième situation.

Dans ce cas, si vous tenez à partir la tête haute, il vous reste d’autres alternatives à la rupture conventionnelle refusée. Il y a:

  • Le congé sabbatique
  • Le congé sans solde
  • Et le congé pour création d’entreprise.

Voici deux histoires d’anciens collègues pour illustrer ces deux dernières alternatives.

Quand j’étais encore consultant salarié, deux collègues ont demandé un congé sans solde pour voyager autour du monde pendant 11 mois. (Note : la majorité des salariés qui partent à l’aventure à l’étranger autant de temps restent rarement dans l’entreprise plus de 4 semaines après leur retour. Pourquoi ? Lorsque vous goûtez à la liberté, avez-vous envie de revenir en prison ?)

Ce congé sans solde est une suspension de votre contrat et demande là encore la validation de votre employeur (aussi bien pour le congé que pour la durée de celui-ci qui s’échelonne entre 6 et 11 mois).

Pendant leur congé sans solde, mon ancien employeur avait trouvé d’autres consultants pour les remplacer et à leur retour, ils ont tous les deux mis les voiles vers d’autres horizons.

Idem pour le congé création d’entreprise. Un collègue (Clarence, salut !) a fait une demande qui a été acceptée. Celle-ci a été acceptée car son activité de consultant était calme et qu’il était apprécié.

Si comme lui, vous voulez tenter l’aventure de la création d’entreprise et si celle-ci réussit, vous pourrez sereinement déposer votre démission à votre retour.

Il y a toujours inscrit “rupture conventionnelle refusée” ?

  • Proposez-lui un aménagement de vos horaires en lui faisant une proposition de temps partiel.

Ce qui vous permettra de vous libérer du temps pour vous consacrer à une autre activité, développer votre entreprise ou partir en exploration du freelancing en portage salarial.

Cela vous permettra aussi d’avoir un maintien de salaire et ainsi de ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier.

À la guerre comme à la guerre

Autrement, il vous reste l’abandon de poste.

Il faut le rappeler, c’est considéré comme une faute grave entraînant le licenciement.

Vous vous demandez peut-être pourquoi opter pour un abandon de poste plutôt qu’une démission ?

Si votre démission ne donne en principe pas droit au chômage, en revanche, le licenciement lié à l’abandon de poste ouvre droit au versement des allocations par Pôle Emploi et ce, même en cas de faute grave.

D’où le choix d’abandonner son poste plutôt que de démissionner.

Ensuite, il vous reste la possibilité de rentrer dans le programme Macron.

Le projet de reconversion pour voir sa demande de rupture conventionnelle acceptée

Vous avez les arguments pour quitter votre travail ? Super !

Vous avez fait le tour de votre job, il ne vous “excite plus”, OK ! Surtout gardez le pour vous le jour de l’entretien de négociation.

En revanche vous avez de nouveaux droits si vous démissionnez depuis que Macron est passé.

La loi Liberté de choisir son avenir professionnel vous permet une mobilité professionnelle qui vous donne l’opportunité d’enclencher votre reconversion professionnelle ou une création d’entreprise.

Donc si vous démissionnez en ayant le projet d’entreprendre ou de reconversion professionnelle, vous aurez désormais droit à l’assurance chômage au même niveau d’indemnisation que les autres.

Renseignez-vous là-dessus et préparez-vous à monter un projet béton.

La patience est votre meilleure amie

Dans tous les cas il vous faudra vous armer de patience et surtout évitez les conflits.

Rupture conventionnelle refusée, citation steve jobs, citation gaspiller son temps, citation vivre sa vie, citation stevejobs, Citation destin, citation sur le destin, citation choix, citation faire des choix, Citation quitter son travail, quitter son travail, quitter son job, quitter son emploi, citation reconversion professionnelle, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation la solution est en vous, citation osez briller, citation faire ce que l'on veut, citation se reconvertir, citation trouver sa voie, citation pour aller mieux, la solution est en vous, citation vie professionnelle, citation changer de travail, citation pour quitter son job
Rupture conventionnelle refusée

J’ai pris le soin de ne pas partir fâché avec mon ancien employeur. Résultat: 3 ans après, ils ont financé un de mes coachings pour une collègue qui avait décidé de quitter son travail afin de se reconvertir.

Donc faites attention à la façon dont vous allez amener les choses.

Je préconise l’approche du projet de reconversion professionnelle qui annonce à l’employeur que vous partez vers d’autres horizons professionnels et pas chez le concurrent.

Soyez stratégique afin de ne pas finir au placard ou de vous enfermer dans des successions d’arrêts maladie, c’est le meilleur moyen de rentrer en conflit.

Ce n’est pas la meilleure manière de faire une sortie de scène.

Votre moral en prendra un coup, vous serez dans la colère et en perte de confiance vis-à-vis de vous-même et de votre rapport avec le monde du travail.

Vous devrez vivre avec le stress alors apprenez à savoir prendre du recul.

Surtout que vous devez l’avoir mauvaise depuis cette demande de rupture conventionnelle refusée…

Optez pour la stratégie de la patience

C’est ce que j’ai fait, il m’a fallu du temps et de la patience pour quitter mon job dans de bonnes conditions.

J’ai attendu le bon moment pour faire en sorte que la demande de rupture conventionnelle ne soit pas à ma demande, mais à celle de mon employeur. Ca fait toute la différence !

Je peux vous en faire part car c’est ce qui a fonctionné pour moi et hélas ce serait trop long à expliquer.

Mais quoi qu’il en soit, restez professionnel jusqu’au bout.

Pensez à vos équipes, pensez à vos clients, eux n’y sont pour rien… Ou pas.

Je sais que ça vous demandera de trouver l’énergie mentale nécessaire.

Pour ça servez-vous de l’énergie que vous procure votre projet de reconversion professionnelle, votre projet de changement de vie ou votre projet de création d’entreprise.

Car pendant que vous le préparerez comme je l’ai fait, vous aurez une stabilité financière.

Profitez-en pour mettre de côté au maximum.

Quel que soit votre projet, votre situation ou votre histoire, gardez à l’esprit votre objectif final et entretenez cette énergie dont vous aurez besoin en continuant d’apprendre, d’explorer, d’anticiper, en rencontrant de nouvelles personnes et en restant stimulé intellectuellement dans vos challenges.

Car vos projets ne sont qu’énergie et c’est cette énergie qui vous permettra de vous lancer sereinement dans ce qui vous fait vibrer et ainsi, créer une vie qui vous ressemble.

Aller plus loin :

Si vous voulez découvrir comment trouver sa voie professionnelle et faire naître votre futur projet de reconversion professionnelle ou création d’entreprise, je vous invite à me contacter en cliquant ici ou bien cliquez en-dessous pour recevoir le Guide Ultime pour Trouver le Job Idéal à Coup Sûr.


Comment faire un CV professionnel qui force les recruteurs à vous appeler

Comment faire un CV professionnel qui force les recruteurs à vous appeler

reconversion professionnelle

Si vous avez cherché des conseils sur le net pour faire un CV, je suis sûr que vous avez dû chercher longtemps avant de trouver un site ou voire même un livre qui ne disait pas la même chose que l’autre.

C’est vrai ça, on vous conseille de rédiger un CV de la même manière qu’on le conseillait dans les années 90 ou 2000.

Surtout qu’en plus de cela il existe des sites pro qui proposent des modèles de cv attrayants.

D’ailleurs faire un CV aujourd’hui et faire un CV il y a 20 ans de cela, qu’est-ce qui a changé ?

Pas grand-chose !

Tout le monde sait faire un CV classique mais peu de gens savent faire un CV efficace.

Comment faire un CV professionnel efficace ?

Avant de commencer, il faut absolument que vous reteniez ces deux idées en mémoire.

  • Un CV ça ne vous permet pas d’obtenir un JOB.

  • Un CV ça vous permet d’obtenir un RDV.

La seconde idée est d’arrêter de vous victimiser.

Si vous n’obtenez pas de réponse après avoir envoyé votre CV, ce n’est pas à cause de votre nom ou de votre lieu d’habitat dans la majorité des cas, il vous faut assumer que votre CV est à retravailler.

Ça paraît brut dit comme ça, mais c’est pourtant le cas.

Je le constate très souvent.

J’étais en formation face à une personne qui me disait ne pas arriver à obtenir de RDV que c’était injuste etc…

Faire un CV professionnel ou faire un CV de lycéen ?

Quand je lui ai demandé son CV, il avait le CV d’un lycéen des années 2000.

Je sais à première vue si un CV reflète le meilleur du candidat.

Dans la majorité des cas, ce n’est pas le cas.

Et pour avoir fait du recrutement auparavant, je peux vous garantir que le recruteur passe très rapidement en revue votre CV.

C’est de l’ordre de quelques secondes.

Si ça ne saute pas aux yeux du recruteur, ce n’est pas lui qui va faire le tri ou rechercher les bonnes informations.

Je vous recommande l’utilisation d’outils adaptés pour permettre de faire ressortir les informations.

Votre CV doit raconter une histoire.

Oui vous avez très bien lu, je ne parle pas de la lettre de motivation que plus personne ne lit mais bien du CV.

Il doit permettre de vous raconter à travers des éléments.

Voici donc les 3 étapes pour faire un CV professionnel efficace.

Comment faire un CV professionnel qui force les recruteurs à vous appeler

1- Définissez votre avatar professionnel

comment faire un cv professionnel efficace,

comment faire un cv professionnel efficace,

Déterminez votre moi pro idéal, votre profil, votre personnage avec vos traits de caractère.

Puis demandez-vous quel est l’avatar idéal recherché par le recruteur.

Une fois que c’est fait, il vous faut aligner votre avatar avec le profil idéal recherché.

Faire ainsi permettra d’élaborer un fil conducteur et de savoir comment orienter l’histoire que vous allez raconter.

2- La continuité cohérente

L’autre élément crucial qui vous disqualifie, c’est d’avoir un CV gruyère avec plein de trous inexpliqués de plusieurs mois dans votre parcours.

Car quand vous avez un trou inexpliqué, devinez ce que se dit ce cher recruteur ?

Si depuis votre dernière expérience professionnelle il s’est écoulé plus d’un an, gros problème !

Faire un CV qui ne sentira pas le renfermé sera une grosse mission.

Mais comme chaque problème a une solution…

Donc voici 7 moyens de combler les trous :

  1. Si vous êtes en reconversion, il est légitime d’indiquer que vous avez travaillé la faisabilité de votre projet, par un bilan de carrière, un travail avec un coach, etc.
  2. La deuxième solution est de mettre en lumière les formations suivies, que ce soit en présentielle ou à distance, voire même de l’auto-formation. Montrez que vous avez entretenu votre cerveau.
  3. Si vous avez tenté de démarrer une entreprise, cela a pu durer plusieurs mois, c’est un trou comblé.
  4. La quatrième solution est l’investissement dans un projet personnel qui vous tenait à cœur : qu’il soit cohérent avec votre métier ou non, que ce soit passer du temps avec vos enfants, apprendre une langue, voyager ou autre chose. Il n’y a pas de mal à avoir pris ce type de décision, vous estimiez que c’était le bon moment et que vous en aviez besoin. C’est votre droit !
  5. La cinquième solution est d’inscrire vos activités associatives et de mettre en avant vos réalisations, vos contributions et votre implication au niveau collectif.
  6. Les missions d’intérim
  7. Et l’inscription à un organisme de formation pour préparer un diplôme ou une certification.

Á savoir que si vous n’avez rien fait d’autre que postuler, le recruteur s’en fiche car quand vous dites « j’ai cherché un poste », lui il entend « Je me suis encroûté et je ne suis plus du tout efficace ».

Montrez que vous n’êtes pas resté dans l’attente et que pendant ce temps vous avez été proactif, car il n’y a rien de pire que la passivité et une personne qui a été dans l’attente.

3- Faire un CV efficace c’est être orienté résultats

Si voulez faire un cv professionnel efficace, arrêtez de mettre dans la description de vos expériences, les tâches ! Justement ça fait tâche.

Comment est-ce que vous voulez que le recruteur identifie la valeur ajoutée que vous pouvez apporter à son entreprise, si vous mettez uniquement ce sur quoi vous avez été missionné.

Quand vous étiez étudiant et que vous racontiez à vos grands parents vos journées d’école, vous disiez les matières que vous aviez ou les résultats que vous obteniez ?

Les matières on s’en fiche ! Ce qu’on veut ce sont les résultats.

Sur votre CV c’est pareil, indiquez les résultats.

Ce sont les résultats qui permettent de vous différencier des autres candidats qui ont eux aussi peut-être inscrit les mêmes tâches que vous dans leurs expériences.

Pensez toujours valeur ajoutée !

L’autre jour je formais des personnes en reconversion.

Je leur faisais travailler leur valeur ajoutée, puis une personne me dit avec fierté que sa valeur ajoutée ce sont ces 20 années d’expériences.

Je lui ai dit « non, non ! Je t’explique pourquoi je te dis ça. Pourquoi tes 20 années ne sont pas une valeur ajoutée ? Qu’est-ce qui me prouve que pendant 20 ans tu as eu des résultats ? Tu peux très bien avoir été mis au placard ou tu as pu te planquer ? Je ne sais pas »

Quand je lui ai demandé quel a été le résultat final de ces 20 années d’expériences en termes de faits et de chiffres, il m’a répondu du tac au tac : « 50% d’augmentation du CA et gestion de 4 grèves seul »

Ça ce sont des résultats !

Et ça, ce sont des éléments qui font la différence entre un CV classique et un CV orienté résultats.

Faire un cv pro en fonction du domaine ?

Donc quelque soit votre expérience, votre parcours, votre secteur, hors professions nécessitant confidentialité :

  • Vous avez amélioré des choses, un processus, une méthode
  • Vous avez fait faire des économies
  • Vous avez permis l’obtention d’un contrat
  • Vous avez mis en place des projets en interne

Etc.

Le fait de mentionner un fait, un chiffre, une action concrète et ainsi un résultat vous fait marquer des points et vous faites la différence !

Donc même à compétences égales, même à diplômes égaux, même à parcours identiques à ceux des autres candidats, vos résultats eux seront toujours uniques ! Tout comme vous !

Alors osez valoriser vos réussites et assumez l’idée que vous avez une valeur ajoutée à apporter à un employeur qui serait heureux de travailler avec vous.

Soyez-en convaincu.

Voulez-vous en finir avec le blues
du dimanche soir et savoir
comment trouver à coup sûr
le job idéal ?

Recevez le Guide de RECONVERSION
étape par étape pour enfin être
heureux de vous lever le lundi matin

À quelle adresse voulez-vous recevoir
votre Guide pour trouver le Job Idéal ?
FELICITATIONS!
Dans 7 min, tu vas recevoir ton
“Guide pour trouver le job idéal”
Pour éviter que ton guide disparaisse dans tes spams,
Assures-toi d’ajouter “Jordane@OsezBriller.com”
à ta liste de contacts e-mail.

A lire aussi :

Trouver un emploi: 5 outils pour la recherche d’emploi

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

reconversion professionnelle

Avant de quitter son job : 7 livres à lire

Vous pensez à quitter votre travail ?

Ok, mais avant cela voici :

7 livres à lire avant de quitter son job

Avant de quitter son job : échanger

J’ai revu il y a quelques jours, un ami avec qui j’étais à l’université.

C’était la première fois qu’on se voyait depuis que j’ai quitté le salariat pour créer Osez Briller.

Pendant notre café, on a beaucoup parlé du marché du travail, de mon ancien monde (le conseil), du problème de désillusion du monde de l’entreprise lorsque l’on est jeune diplômé, notamment le manque de reconnaissance des managers qui jouent aux jeux politiques plutôt que de jouer aux leaders.

On en est venu au même constat : l’entreprise ne nous incite pas à utiliser notre cerveau tout frais sorti de nos études.

J’en ai d’ailleurs fait un podcast à ce sujet que j’ai appelé « faut-il être con pour réussir en entreprise ».

Donc nous avons parlé de ces derniers points et des raisons pour lesquelles j’ai finalement décidé que le salariat n’était pas ce que je voulais.

Quitter son job était une idée impensable à l’époque.

Jusqu’au jour où un cousin de passage à Paris et que je n’avais pas vu depuis longtemps me donna RDV dans un grand hôtel de luxe.

Avant de quitter son job : la culpabilité

Avant de quitter son job, citation quitter son job, démissionner citation, quitter son travail sans rien citation, quitter son job du jour au lendemain

Avant de quitter son job

J’ai donc rejoint mon cousin, on a discuté, on a rattrapé le temps perdu.

À l’époque je n’étais pas bien dans mon job.

Je me rappelle qu’il m’a dit une phrase, que je ne peux pas vous dire, mais qui m’a tellement impacté… à un point que j’avais l’impression d’être rentré dans la quatrième dimension.

En sortant je me disais « C’est clair que si je reste dans ce travail, je ne serai jamais capable de vivre heureux et d’être libre comme lui.” 

C’est pas que je rêvais de luxe et de rouler en Lamborghini, mais je rêvais de liberté financière et de voyages, ainsi que de travailler pour moi-même.

Tester son idée de projet

Alors que j’étais toujours consultant, je me suis dit qu’avant de quitter son job mieux vaut tester mon idée de projet.

J’ai alors démarré un projet en parallèle, mon premier blog, la prémisse d’Osez Briller, qui, après 6 mois de travail, rapportait des revenus complémentaires.

Je travaillais sur ce projet tous les soirs de la semaine et les week-ends.

Ce qui a commencé à être de plus en plus difficile pour jongler avec cette nouvelle vie.

Durant les six mois précédant la fin de ma vie de salarié, je me demandais si j’avais le temps et les ressources nécessaires pour faire de ma nouvelle activité une carrière à plein temps.

Et je me suis demandais : Que pourrais-je créer si c’était mon seul objectif ?

La tentation des pensées négatives et de la zone de confort

Alors j’ai commencé à me faire envahir par les pensées négatives.

  • “Je ne viens pas d’une école de commerce.”
  • “Je n’ai jamais été bon en vente.”
  • “Qu’est-ce que je sais de la gestion et du développement d’une entreprise ?”

Et quitter son emploi pour rejoindre un programme d’école de commerce ou une formation à 2000€ d’un gus sur le Net pour démarrer une entreprise n’était pas prévu.

  • Je n’avais pas le temps, la patience ou l’argent pour cela.
  • J’avais besoin d’apprendre.
  • J’avais besoin d’acquérir la base.

La base des affaires, la base de la vente, la base du marketing.

J’ai commencé par me faire une liste de lecture pour moi-même de tous les livres d’entrepreneurs dont j’avais entendu parler, qui me correspondait ou qui m’avaient été recommandés personnellement. 

J’ai dépensé 125,91 € sur 7 livres, un investissement qui m’a fait mal à l’époque, car je ne lisais pas.

Mais j’ai appris à aimer à lire.

Avant de quitter son job : 7 livres à lire

Avant de quitter son job, citation quitter son job, démissionner citation, quitter son travail sans rien citation, quitter son job du jour au lendemain

Avant de quitter son job

Je me suis dit : “c’est une idée plutôt pertinente de me faire une liste 7 livres à lire sur l’entrepreneuriat et le changement de vie juste avant de quitter son job.”

J’ai commencé à lire mon premier livre en été 2012.

Plus je lisais, plus je me voyais déjà sorti du monde de l’entreprise.

C’était pour moi l’impulsion idéale pour nourrir ma volonté et mon projet.

Tous les matins et tous les soirs, pendant que les gens faisaient la gueule dans le métro, moi je lisais, je consommais le plus de connaissances possible.

Quand j’arrivais au boulot, j’étais déterminé, car j’avais mes objectifs personnels.

Quitter son job pour créer sa boîte.

D’ailleurs je vous invite à lire cet article sur les 10 choses à faire avant de quitter son métier pour créer sa boîte.

Et j’ai quitté mon job le 30 septembre 2013.

Alors voici la liste des livres qui m’ont permis de créer Osez Briller et de me créer la vie qui me ressemble.

7 livres à lire avant de quitter son job

État d’esprit personnel et inspiration

1 – Pouvoir illimité – Tony Robbins

C’est le livre le plus connu de Tony Robbins.

Il m’a permis de reprendre le contrôle de ma force mentale et ce livre a le potentiel de changer votre vie.

2- Vos zones erronées – Wayne Dyer

Ce livre permet de porter son attention sur nos pensées et comportements négatifs comme la procrastination, l’anxiété, le manque d’estime de soi… pour les transformer positivement et s’en servir pour reprendre le contrôle de sa vie.

3- L’art du bonheur au travail – Howard Culter

Le but que l’on a tous dans la vie c’est d’être heureux.

Et la question du bonheur est importante lorsque l’on veut quitter son job, changer de vie ou se lancer dans ses projets. Je me suis ainsi laissé inspirer par les réflexions et conseils pratiques d’un inconditionnel heureux, le Dalaï-Lama.

Productivité

4- La semaine de travail de quatre heures – Tim Ferris

C’est aujourd’hui un classique pour les entrepreneurs ou ceux qui rêvent de nomadisme digital.

Gagner plus d’argent en travaillant moins – un concept étrange, surtout dans un pays comme le nôtre où le slogan d’une élection présidentielle était l’inverse.

Enfin l’inverse on se comprend.

En tout cas, j’ai complètement modifié mon rapport au travail. Ce seul bouquin m’a énormément aidé à développer ma productivité.

Je recommande ce livre à tout le monde, qu’il soit entrepreneur ou pas.

5- L’effet cumulé – Darren Hardy

J’avais déjà écrit sur Darren Hardy, dans l’article “comment changer de vie avec l’effet cumulé“.

J’utilise la formule exposée dans ce livre pour devenir la meilleure version de moi-même.

Ce livre est un manuel de base pour réussir et vivre une vie extraordinaire.

Business

6- Lean Startup – Eric Reis

À l’époque je n’ai lu qu’un livre pour créer ma boîte et c’était celui-là.

Pourquoi qu’un seul, car je ne voulais pas me faire parasiter par les différents courants, je voulais adopter à l’époque qu’une seule vision bénéfique.

Et ce livre parle très bien de comment lancer le plus efficacement possible son entreprise en affectant les ressources dont vous disposez et de positionner votre boîte dans l’amélioration continue.

Excellent livre pour savoir comment utiliser au mieux des ressources limitées.

7- Avant de quitter votre job – Robert T. Kiyosaki

L’auteur du best-seller Père riche, Père pauvre partage dans ce livre les leçons qu’il a tirées de son expérience d’entrepreneur.

Ça m’a permis de comprendre que devenir entrepreneur est une question de philosophie de vie.

Car il est question de se construire une vie.

Ce livre permet de se déconditionner et de faire le deuil de sa vie de salarié.

Finance

Bonus –  Père riche, père pauvre – Robert T. Kiyosaki

Ce livre a vraiment percé dans le concept de la richesse, des passifs et des actifs.

Je me souviens, j’étais assis dans le métro pour aller bosser je me faisais la réflexion : “Pourquoi je n’ai pas lu ce livre il y a 10 ans?”.

Mieux vaut tard que jamais.

Si vous avez un rapport conflictuel avec l’argent, et je sais qu’en France beaucoup de personnes en ont un, ce livre vous fera déculpabiliser et pacifiera votre rapport à l’argent.

Voilà j’espère que mon défi lecture vous sera autant bénéfique qu’il me l’a été.

Et permettez-moi de vous dire ceci :

Je sais que quitter son job est une affaire difficile.

Je ne suis pas comme la plupart des autres coachs ou types sur le net qui vous encourageront à quitter votre job pour vivre vos rêves.

Je ne suis pas là pour vous faire fantasmer et pour que vous vous rendiez compte 6 mois plus tard que vous avez fait une connerie.

Mais je veux que vous reteniez cette idée ;

Si vous n’êtes pas bien là où vous êtes, prenez une décision, mais prenez-la intelligemment, car quitter son job ça demande du courage et de la stratégie.

Et ces livres vous aideront à créer l’impulsion nécessaire qu’il faut pour oser quitter son job.

Voulez-vous en finir avec le blues
du dimanche soir et savoir
comment trouver à coup sûr
le job idéal ?

Recevez le Guide de RECONVERSION
étape par étape pour enfin être
heureux de vous lever le lundi matin

À quelle adresse voulez-vous recevoir
votre Guide pour trouver le Job Idéal ?
FELICITATIONS!
Dans 7 min, tu vas recevoir ton
“Guide pour trouver le job idéal”
Pour éviter que ton guide disparaisse dans tes spams,
Assures-toi d’ajouter “Jordane@OsezBriller.com”
à ta liste de contacts e-mail.

Pour aller plus loin :

Vous pensez que vous avez besoin de plus qu’une impulsion pour quitter votre job, que vous avez un projet de reconversion que vous repoussez chaque année et que vous voulez explorer la faisabilité de ce projet. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte.

Génération Y : Les Millennials et la vie professionnelle

Génération Y : Les Millennials et la vie professionnelle

reconversion professionnelle

Génération Y : Les millenials c’est tout un phénomène !

citation génération Y, citation génération future, citation génération ratée, citation socrate génération, chaque generation, citation transmission generation, citation intergénérationnel, citation jeunesse sacrifiée, citation notre generation

Génération Y : Les Millennials et la vie professionnelle

Vous avez sûrement entendu parler de la crise du quart de siècle ?

Également connue sur le nom de crise des vingt-cinq ans, cette crise de vie est comme ses compères « crise d’adolescence » ou « crise de la quarantaine » caractéristique d’une génération avec des convictions, des envies et des obligations à part entière : les millennials.

Les particularités de la génération Y

Par définition, une génération se définit par une naissance durant une période donnée.

Le contexte dans lequel sont nées et ont grandi les personnes d’une même génération va les doter d’éléments culturels communs qui auront un impact sur leurs intérêts et leurs comportements.

Sans pour autant avancer qu’une génération est complétement homogène, certains traits de personnalité sont reconnaissables et identifiables.

La génération Y, aussi appelée « Millennials » en anglais ou encore « Digital Natives », regroupe les personnes nées entre 1978 et 1994.

Plus largement, elle désigne les naissances entre 1980 et 2000.

Notre génération aux caractéristiques bien particulières arrive juste après la génération X.

En France, notre génération représente 21% de la population.

Selon l’INSEE, plus de 13 millions de personnes sont nées entre 1978 et 1994.

Il s’agit de la génération la plus importante en France depuis celle des baby-boomers qui comprend les personnes nées entre 1943 et 1959.

citation millennials, citation génération Y, citation génération future, citation génération ratée, citation socrate génération, chaque generation, citation transmission generation, citation intergénérationnel, citation jeunesse sacrifiée, citation notre generation

Génération Y : Les Millennials et la vie professionnelle

Les Millennials ont tous grandi à l’ère du numérique, normal nous sommes tombés dans la technologie et l’information instantanée dès notre naissance.

Nos comportements et nos attentes dans ce monde découlent beaucoup de notre exposition aux médias envahissants et de la technologie.

Nous sommes une génération de transition.

Hyperconnectés, on est adaptable et mobile, nous sommes le fruit de la globalisation.

Aussi multitâches et impatients, ce qui influence fortement notre relation au travail.

Contrairement à nos prédécesseurs, les baby-boomers et la génération X, les Millennials montrent une forme de rébellion face à l’autorité et aux marques traditionnelles de courtoisie.

La génération Y est ouverte sur le monde, assez indépendante et sans trop de modèles auxquels s’identifier.

Enfin, elle prône des valeurs importantes telles que l’éthique et l’engagement citoyen.

La génération Y au travail

Toutes les caractéristiques présentées précédemment influencent évidemment la relation au travail et les comportements professionnels.

La génération Y est génératrice d’idées, débrouillarde et critique, la notion d’instantanéité nous pousse à vouloir tout et tout de suite.

Ce que veulent les Millennials, c’est gravir les échelons au pas de course.

Rapidement ennuyés, on veut travailler dans un environnement stimulant avec des résultats rapides.

Il y a aussi une vraie recherche de plaisir dans le travail qui doit véritablement être une source d’accomplissement.

On observe une relation d’indépendance envers l’employeur : l’entreprise doit avoir quelque chose à offrir et non l’inverse.

La notion d’accomplissement est également importante dans la sphère privée, c’est pourquoi nous sommes à la recherche d’un équilibre entre le travail, la famille et les loisirs.

Contrairement à ce que peuvent proposer les milieux professionnels traditionnels, les personnes issues de la génération Y s’épanouiront dans une entreprise au management horizontal où le travail d’équipe est valorisé.

La crise du quart de siècle

Si l’on parle de plus en plus de la crise des vingt-cinq ans c’est que les personnes de la génération Y ont du mal à trouver leur place dans un monde systémique.

Alors qu’en tant que Millennials, on suivait sans broncher les conseils avisés de nos prédécesseurs concernant les études et le travail pour entrer dans le monde adulte et se formater aux règles en vigueur, on laissait sans le savoir nos caractéristiques et nos convictions de côté.

En effet, le rapport au travail change selon les générations.

Les traits de personnalité et les idéaux de la génération Y ne correspondent pas au monde du travail actuel.

Alors après quelques années d’études et/ou quelques années en entreprise, vient pour de plus en plus de jeunes une période de remise en question quant à notre carrière.

La génération Y est entrain de démissionner, les conditions de travail ne sont plus adaptées à l’ère d’aujourd’hui.

Il faut réorganiser le travail de façon à s’adapter aux modes de vies d’aujourd’hui.

Citation Millennials, citation génération Y, citation génération future, citation génération ratée, citation socrate génération, chaque generation, citation transmission generation, citation intergénérationnel, citation jeunesse sacrifiée, citation notre generation

Génération Y : Les Millennials et la vie professionnelle

On observe de plus en plus de Millennials qui changent de secteur d’activité, d’entreprise ou de métier pour donner plus de sens à leur travail ou pour s’aligner avec leurs envies, leurs convictions ou leur personnalité.

Ainsi, dans leur reconversion professionnel et leurs choix, les Millennials peuvent s’inspirer de ceux qui dès le plus jeune âge ont décidé de suivre leurs rêves et d’allier travail et passion.

C’est notamment le cas de créateurs d’entreprises, de sportifs, comme la star montante du football Kylian Mbappé ou encore, dans le milieu du divertissement, du compétiteur YougFanta.

Ce dernier a très tôt su qu’il voulait faire de sa passion pour le poker son métier.

La création de sa propre start’up est l’utopie sociale et économique de la génération Y.

Il est donc commun de voir des jeunes se lancer dans l’entrepreneuriat avant trente ans.

Le retour à des métiers plus « vrais » et éthiques portant de réelles valeurs communautaires, engagées ou éducationnelles est aussi représentatif de cette génération en crise.

Tout comme l’émergence de métier « passion ».

Si le monde du travail actuel n’est pas adapté aux jeunes générations, alors faisons en sorte de le transformer en prenant des risques et essayons de trouver le métier et la carrière qui nous correspondent.

Voulez-vous en finir avec le blues
du dimanche soir et savoir
comment trouver à coup sûr
le job idéal ?

Recevez le Guide de RECONVERSION
étape par étape pour enfin être
heureux de vous lever le lundi matin

À quelle adresse voulez-vous recevoir
votre Guide pour trouver le Job Idéal ?
FELICITATIONS!
Dans 7 min, tu vas recevoir ton
“Guide pour trouver le job idéal”
Pour éviter que ton guide disparaisse dans tes spams,
Assures-toi d’ajouter “Jordane@OsezBriller.com”
à ta liste de contacts e-mail.
Enquête métier et reconversion : les questions clés à poser

Enquête métier et reconversion : les questions clés à poser

reconversion professionnelle

Enquête métier et reconversion : les questions clés à poser

Réussir son enquête métier

Vous êtes à l’étape de l’enquête métier dans votre projet de reconversion professionnelle ? Félicitations vous êtes à deux doigts de changer de métier.

Seulement voilà, vous ne savez pas comment faire une enquête métier ?

Pas d’inquiétude, on va voir ça ensemble !

L’enquête métier pour valider son projet de reconversion professionnelle

L’enquête métier est l’étape indispensable pour permettre de confronter ses idées à la réalité et réussir sa reconversion professionnelle.

Mais surtout pour ne pas tomber dans le fantasme ou l’idéalisation d’un métier.

À cette étape vous avez dû faire un travail de veille informationnelle et de préparation.

J’entends par là une cartographie ou bien des fiches des métiers, des fonctions ou des secteurs d’activités que vous voulez explorer.

Si vous ne l’avez pas fait, je vous invite à procéder à cette étape avant de vous lancer dans une enquête métier afin que vous ayez le maximum d’informations utiles pour vous aider à poser vos questions.

À ce sujet voici quelques exemples de questions à poser pour son enquête métier.

Exemple d’enquête métier

Si vous aimez le jeu de rôle/Jeu de société Sherlock Holmes, vous allez adorer cette partie-là.

Pour cette enquête métier, vous devez d’abord enquêter sur vous-même, vous avez donc identifié les choses importantes à retrouver dans votre futur métier.

Ces choses importantes doivent se retrouver dans vos questions d’enquête métier.

J’entends par choses importantes, vos besoins, vos valeurs et vos objectifs.

Adapter vos questions !

Après il y aura toujours des questions basiques que vous pourrez poser à n’importe quelle autre personne.

Rappelez-vous dans tous les cas que l’ensemble des réponses à vos questions doivent vous permettre d’obtenir la réponse ultime à la question « Quelle vie j’ai envie d’avoir ? ».

Enquête métier ou enquêter sur sa vie idéale ?

Si vous priorisez l’équilibre vie pro/perso car vous visez l’épanouissement professionnel au travail :

  • Demandez à votre interlocuteur comment il gère son temps pro et perso.
  • Est-ce que le télétravail est une pratique habituelle dans l’entreprise ?
  • Quelle est l’ambiance au travail et les relations hiérarchiques ou entre collègues ?
  • Etc.

Si vous mettez l’accent sur la notion de plaisir au travail :

  • Demandez-lui (ou elle) quel besoin a-t-il voulu satisfaire en choisissant ce métier ?
  • Quelle est sa plus grande source de satisfaction ?
  • Etc.

Les questions à poser

trouver sa voie citation, trouver son chemin, trouver sa vocation citation, trouver sa mission de vie citation, la solution est en vous citation, la solution est en vous, comment trouver sa voie, comment savoir que l'on est sur le bon chemin, 15 signes qui prouvent que vous êtes sur le bon chemin

Enquête métier

L’enquête métier a pour objectif de vous aider à trouver le lien entre vos compétences, vos aspirations, vos besoins et vos valeurs.

C’est comme un questionnaire de découverte de métier pour s’aider à trouver sa voie.

Ce lien vous le ferez naturellement au fur et à mesure que vous questionnerez la personne.

Vous devez ressentir de l’envie de votre côté lorsque vous écoutez parler la personne.

Si elle vous donne envie, c’est plutôt bon signe, mais veillez à toujours avoir plusieurs sons de cloche.

Car il suffit que vous tombiez sur un amoureux de son travail pour avoir une vision faussée du job.

Pensez donc à ramener les questions à vos besoins professionnels et aussi personnels.

Pour réaliser cette enquête métier, je vous préconise grandement l’utilisation d’un questionnaire ou une prise de note vocale qui restitue les dires de la personne.

Il existe quelques applications que je n’ai pas en tête, je vous invite à aller fouiller dans votre smartphone.

La personne rencontrée

  • Nom
  • Métier
  • Téléphone
  • Entreprise

Le contenu du métier et les tâches

Évitez dans votre enquête métier les questions trop vagues du style “pouvez-vous me décrire votre métier ?”.

Orientez plutôt la question en lui demandant le contenu du métier au quotidien. “C’est quoi une journée type ?”

Intéressez-vous ensuite à votre interlocuteur en lui demandant :

  • Qu’est-ce qui l’a amené à choisir ce métier ?
  • Puis demandez-lui : quel est son parcours professionnel ?
  • Quelles sont les activités et tâches qui occupent la majeure partie de son quotidien ?
  • Quelles sont les tâches plus secondaires ou occasionnelles ?
  • Quelles sont les responsabilités à assumer ?

Les compétences requises

  • Quelles sont les compétences techniques et opérationnelles nécessaires ?
  • Quelles sont les compétences pré-requises à maîtriser ?
  • Est-il nécessaire d’avoir un type d’expérience spécifique ?
  • Quelles sont les qualités personnelles essentielles pour être bien et à l’aise par rapport au poste, à l’équipe de travail, la clientèle … ?

L’environnement et les conditions de travail

  • Qu’elles sont les conditions dans lesquelles il travaille ? (Seul où en équipe, relations hiérarchiques, les temps de travail, les déplacements, la part d’autonomie et d’initiative, etc.)
  • Quel est l’environnement de travail spécifique à ce métier ? (Lieux de travail, relations, ambiance, etc.)
  • Quels sont les outils et méthodes que vous avez à disposition ?

L’accès au métier

  • Déjà y a-t’il besoin d’une formation ou plutôt d’une expérience ?
  • Si une formation est nécessaire, quels sont les diplômes reconnus ?
  • Est-ce qu’il existe des formations alternatives ?
  • Quelles sont les recommandations en termes de formation ?
  • Comment votre interlocuteur est rentré dans ce domaine ? (Stage, recrutement, cooptation ?)

L’avenir du métier

  • Quel est l’état du marché du secteur ?
  • Est-ce que le secteur recrute en ce moment ?
  • Quelles sont les perspectives d’évolution de carrière du métier ?
  • Quelle est son opinion vis-à-vis du futur de son métier ?

Les contraintes du métier

  • Quelles sont les contraintes du métier ?
  • Le positif du métier
  • Qu’est-ce qui vous apporte de la satisfaction dans ce métier ?
  • Qu’est-ce qui vous frustre ?
  • Quand vous sentez-vous le plus utile ?
  • Qu’améliorerez-vous dans ce métier ?

La rémunération

  • Quel est le salaire moyen pour un débutant
  • Quel est le salaire moyen après 5 années d’expérience ?
  • Quelles sont les possibilités d’augmentation ?

Les conseils

  • S’il avait un conseil à se donner à lui-même au moment de commencer, que se dirait-il ?
  • Est-ce qu’il peut vous présenter ou vous faire rencontrer d’autres professionnels susceptibles de répondre à vos questions ?

Avec tout ça, votre enquête métier sera la plus complète.

Il y a un paquet de questions, c’est pour cela qu’il vous faut être transparent, convaincant et bon communiquant de manière à ce que l’interviewé se prête au jeu de l’enquête métier sans y répondre à moitié.

Introduisez les questions naturellement sans ressembler à Raphaël Mezraoui.

Votre ressenti sur le métier et votre décision dépendront de l’intensité de ses réponses à vos questions et de sa volonté à répondre à votre enquête métier.

Alors, soyez naturel !

Bon jeu et bonne enquête métier.

Pour aller plus loin :

Si vous avez un projet de reconversion professionnelle et que vous voulez réaliser votre enquête métier, pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte en cliquant ici ou bien cliquez en-dessous pour recevoir le Guide Ultime pour Trouver le Job Idéal à Coup Sûr.

A lire aussi :

Reconversion professionnelle : Tuer son troll et quitter sa zone de confort

5 raisons de choisir le portage salarial pour sa reconversion professionnelle

Reconversion : Comment devenir coach ? Paul-Hervé Vintrou

Trouver son IKIGAI & sa raison d’être : les questions TESTS BONUS à se poser

Comment TROUVER SA VOIE PROFESSIONNELLE? 7 questions tests à se poser

La peur de passer à côté de sa vie (FOMO)

La peur de passer à côté de sa vie (FOMO)

reconversion professionnelle

La PEUR de passer à côté de sa vie (FOMO)

  • Avez-vous des difficultés à faire des choix par peur de passer à côté de quelque chose ?
  • Est-ce que cela vous arrive de faire un choix et de le regretter, car vous vous imaginez ce que pourrait être votre vie si vous aviez choisi l’autre option ?

Si vous avez répondu oui à ces deux questions, c’est que vous êtes atteint du FOMO.

En anglais, FOMO veut dire “Fear of missing out”.

En français, c’est la peur de passer à côté de sa vie.

Beaucoup de personnes qui viennent à nos ateliers sont prises de cette peur.

Elles sont convaincues que si elles font tel choix, quelque chose d’encore plus satisfaisant et excitant de ce qu’elles sont en train de vivre pourrait se passer sans elles.

J’ai peur de faire le mauvais choix !!!

90% de nos peurs sont pour des choses qui n'arrivent jamais. citation confiance en soi, citation pour aller mieux, citation motivation, citation pour se motiver, citation pour avoir confiance en soi, proverbe confiance en soi, proverbe pour aller mieux, pensée positive

Cette peur vous l’avez quand vous êtes face à un choix.

Quand vous devez choisir entre deux restaurants, entre deux orientations, entre deux lieux de vie, etc.

C’est un syndrome de notre époque et qui est surtout amplifié par l’addiction aux réseaux sociaux.

Je parlais de restaurant… eh bien prenons l’exemple de toutes ces personnes que vous avez déjà tous vu et qui photographient leur plat au moment où il est servi.

On le photographie, on le met sur les réseaux sociaux puis pendant ce temps-là le plat refroidi.

Mais ce n’est pas grave, car la communauté de la personne saura qu’elle est bon endroit au bon moment et elle sera jalousée.

La peur de passer à côté de sa vie: une histoire de génération ?

Un ami m’a raconté une anecdote avec une fille qu’il a rencontrée sur le net.

Ils se sont donné RDV à Versailles.

Elle comprend Porte de Versailles.

Il l’attend dans un café, 40 minutes plus tard, elle arrive.

Ils se disent bonjour, ils papotent un peu puis à un moment donné, elle sort son portable et se met à photographier son verre.

Puis elle ressort son portable pour checker ses likes.

Et elle se met à répondre aux commentaires, etc.

Le reste de la soirée, s’est fini par SMS, outils indispensables pour savoir ce qu’il se passe ailleurs.

Lui il s’est dit, non elle ne va pas me faire ça…

Il a donc écourté la soirée, et quelques minutes plus tard, il reçoit un SMS, normal !

Dans lequel elle lui dit, “merci pour la soirée, vivement qu’on se revoit.”

Je suis convaincu que cette personne vit dans la peur de passer à côté de quelque chose, voire la peur de passer à côté de sa vie.

La culpabilité de ne pas faire le bon choix, l’essence du regret !

Et comme elle plus vous vous soucierez de ce qui se passe ailleurs, plus vous culpabiliserez de ne pas y être.

citation faire des choix, citation direction de vie, citation mission de vie, Citation chance, citation destin, citation hasard, citation avoir de la chance, citation sur le hasard, citation osez briller, citation la solution est en vous, la solution est en vous, citation objectifs, citation atteindre ses objectifs, citation se fixer des objectifs, citation atteindre objectifs, citation réalisation objectifs, citation objectif de vie

 

Elle était à l’affut de ce qu’elle aurait pu faire et qu’elle n’a pas fait au moment de son RDV.

Pour moi le FOMO va de pair avec les problèmes de concentration que vivent une majorité de moins de 30 ans.

Quand je bosse avec des étudiants, je constate chaque année que le taux d’attention diminue de plus en plus.

Le virtuel les empêche de fixer leur attention sur l’instant vécu dans la vraie vie.

Mais ça c’est un autre sujet !

Ce qui amène certaines personnes à avoir peur de passer à côté de quelque chose de mieux, c’est avant tout la multitude de choix auxquels nous devons faire face aussi bien dans notre quotidien que lorsque l’on doit faire un choix d’orientation ou qui impactera notre vie pour les prochaines années à venir.

Face à toutes ces possibilités de ce que l’on pourrait faire et que l’on ne fait pas, on remet régulièrement en cause notre capacité à faire le bon choix à cause de notre peur de nous tromper.

Mais ça aussi c’est un autre sujet.

Le paradoxe du choix et la peur de passer à côté de sa vie

Ca s’appelle “le paradoxe du choix”: c’est Barry Schwartz qui a abordé ce terme.

En gros plus il y a de possibilités, plus il est difficile de choisir.

Sachant qu’aujourd’hui, vous avez à portée de clic des applications, des comparateurs, des témoignages, etc… pour alimenter votre indécision ou allonger votre période de réflexion afin d’étudier et d’analyser toutes les options et d’en retenir que la meilleure.

Et c’est valable pour tout !

  • Lorsque vous faites vos courses, est-ce qu’il n’y aurait pas un meilleur produit.
  • Pour vos vacances, est-ce qu’il n’y aurait pas une meilleure destination
  • Pour votre carrière, est-ce qu’il n’y aurait pas un meilleur job dans une meilleure boîte ?

Vous prendrez bien un peu d’anxiété pour le dessert ?

Et cela peut vite devenir anxiogène.

Vous pouvez développer une anxiété de ratage qui peut devenir une habitude.

Et cela peut faire souffrir les personnes qui partagent votre vie.

Cette peur de passer à côté de sa vie ou de quelque chose, vous l’avez déjà vue dans votre job.

Peut-être que vous l’avez vécu avec

  • la réunionite,
  • ou encore avec ceux et celles qui bossent en mode multitasking,
  • ceux qui participent à une multitude de rendez-vous et autres conférences loin d’être indispensables, par crainte de rater la bonne info, le bon ragot, le bon tuyau, la bonne opportunité, etc.
  • Et on l’a retrouvé aussi au moment des choix de reconversion et d’orientation.

On était plus heureux avant…

Un jour en discutant avec des personnes âgées, ils m’ont dit “Aujourd’hui on est plus aussi heureux qu’à notre époque, car les gens ont trop de choix, alors que nous, on se contentait du peu de choix que l’on avait.”

Beaucoup de personnes sont assaillies par les doutes.

Ce qui les empêche de prendre une décision et surtout de passer à l’action.

Ça peut être sans fin.

Si vous passez votre temps à analyser toutes les options possibles, quoi que vous fassiez vous continuerez à analyser même après avoir choisi.

Et le jour où une autre option se présente ?

Comment réagirez-vous ?

La peur de passer à côté de sa vie paralyse

Ta vie est le résultat des choix que tu fais. Si tu n'aimes pas ta vie, il est temps de faire de meilleurs choix. citation confiance en soi, citation choix, citation pour aller mieux, citation zone de confort, citation sortir de sa zone de confort, citation aime pas sa vie, citation aimer sa vie, citation osez briller

Il est impossible d’évaluer toute la multitude d’options qui se présentent à vous.

Et encore plus en ce qui concerne la reconversion ou l’orientation.

Vous ne pouvez pas vous faire une représentation objective de tous les métiers, toutes formations et chemins de carrière qui existent.

Et encore moins tous les paramètres associés comme les conditions de travail de chaque métier, les conditions d’entrées, les requis et prérequis, etc.

Vous ne pouvez pas tout anticiper ou prévoir dans quel environnement de travail vous vous sentirez le mieux tant que vous n’avez pas testé, expérimenté par vous-même pour vous rendre compte si cela vous convient ou pas.

Et le problème c’est que cela peut vous amener à ne pas choisir et donc à vous immobiliser.

Prendre la responsabilité de ses choix

Vous prenez une décision en ne choisissant pas. Vous me suivez ?

Et vous restez dans le même job encore un, deux ou trois ans.

Surmontez cette peur, apprenez à prendre des risques et honorez vos envies.

Allez vers le plaisir plutôt que d’éviter la douleur.

Surtout, assumez et prenez la responsabilité de vos choix.

Car certains vont préférer ne rien décider du tout pour ne pas se risquer à faire face à leur mauvaise décision.

D’autres vont se mentir à eux-mêmes en se contentant d’un choix par facilité ou vont même repousser à plus tard leur décision.

Pour vous libérer de ça, comprenez qu’il vous faut surtout vous libérer de la décision parfaite.

Car la recherche de perfection vous amènera obligatoirement à procrastiner.

Vous savez comme moi que chaque décision entraîne son lot de bénéfices et de risques.

Ce qui vous manque le plus, ce ne sont pas des informations sur le job, mais des informations sur vous.

Pour faire le bon choix, faites ces 3 choses

3 choses pour se libérer de la peur de passer à côté de sa vie

  1. Définissez vos critères de satisfaction et de plaisir qui sont nécessaires de retrouver dans votre prochain job.

Ca c’est la partie cruciale pour vous aider faire le bon choix, c’est un passage obligé dans nos ateliers, on est convaincu qu’en apprenant à vous connaître et surtout à vous comprendre, vous ne poserez même plus la question de faire le bon choix ou non.

On amène les participants à travailler ensemble sur leurs critères de satisfaction et à ce moment précis c’est le déclic pour certains.

2. Filtrez ensuite les options qui se présentent à vous en les confrontant vos critères personnels avec les informations que vous avez collectées sur le Net.

3. Faites confiance en vos choix, en vos capacités et en l’avenir.

  • Faites confiance en vos choix, car vous faites confiance en votre intuition et en votre ressenti. À force de toujours être dans le mental, vous ne passerez jamais à l’action.
  • Faites confiance en vos capacités, et surtout votre capacité à rebondir, car si vous faites le mauvais choix, vous pourrez toujours vous reposer sur votre débrouillardise pour prendre d’autres décisions et quand bien même vous feriez un choix satisfaisant sur le moment, qui vous dit que ça sera un choix pour la vie ?
  • Et faites confiance en l’avenir, vous ne pouvez pas le contrôler et passez votre temps à éviter le danger. Dites-vous qu’un choix en amène un autre puis encore un autre, et ainsi de suite, votre vie n’est pas statique, c’est la conséquence de vos choix.

Alors, soyez curieux, soyez courageux et soyez ouverts aux opportunités qui se présenteront à vous.

Prenez du temps pour la réflexion, prenez du temps pour vous et venez nous rejoindre en ateliers en suivant le programme le déclic.

Il y a un départ chaque mois.

  • Vous découvrirez comment trouver votre voie, votre fil rouge professionnel.
  • Vous rencontrez d’autres personnes qui se posent exactement les mêmes questions que vous.
  • Vous aurez les outils et un cadre pour aider à passer de la réflexion à l’action.

POUR ALLER PLUS LOIN :

Rejoignez un programme 100% positif pour explorer votre potentiel et trouver votre voie, je vous invite à cliquer ici pour en savoir plus.

Voulez-vous en finir avec le blues
du dimanche soir et savoir
comment trouver à coup sûr
le job idéal ?

Recevez le Guide de RECONVERSION
étape par étape pour enfin être
heureux de vous lever le lundi matin

À quelle adresse voulez-vous recevoir
votre Guide pour trouver le Job Idéal ?
FELICITATIONS!
Dans 7 min, tu vas recevoir ton
“Guide pour trouver le job idéal”
Pour éviter que ton guide disparaisse dans tes spams,
Assures-toi d’ajouter “Jordane@OsezBriller.com”
à ta liste de contacts e-mail.

 

 

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

reconversion professionnelle

Se reconvertir, mais dans quoi ?

  • Quel métier choisir ?
  • Quel serait le job idéal ?
  • Comment trouver sa voie et que faire ensuite ?

Des questions auxquelles vous avez besoin de trouver des réponses.

Mais quand vous les trouvez, vous les court-circuitez aussitôt et très facilement par tout un tas d’excuses.

Ces excuses sont des freins qui prennent la forme de croyances limitantes.

  • Je suis trop jeune
  • Je suis trop vieux
  • Il est trop tard
  • Il est trop tôt
  • Je n’ai pas de compétences, etc.

Tout est bon pour vous autopersuader que changer de métier ou se reconvertir est une mauvaise idée.

Mais une idée, il vous en faut une pour vous répondre à la question : oui se reconvertir, mais dans quoi ?

Et la réponse ne proviendra jamais de quelqu’un d’autre que vous.

Se reconvertir, mais dans quoi ? Une fausse question

Se poser la question : “se reconvertir, mais dans quoi ?” est une fausse question dans laquelle vous vous en remettez à Internet pour trouver une solution à votre problème.

  • Est-ce que vous attendriez que l’on vous serve votre vie sur un plateau ?
  • Est-ce que vous pensez que l’on peut-être heureux en choisissant sa vie par rapport aux autres ?

Si vous en êtes arrivé là…

C’est-à-dire que vous en êtes arrivé à vous poser cette question (la question « se reconvertir, mais dans quoi ?») et à lire cet article, c’est que vous pensez inconsciemment que je vous délivrerai une quelconque recette miracle qui vous permettra de savoir quel métier choisir ou comment trouver sa voie ?

Se reconvertir est inconfortable, à quoi bon ?

C’est comme ces personnes que je vois bien trop souvent.

Ces personnes qui se bornent à réagir aux événements au coup par coup, en espérant que la situation ne s’aggrave pas.

Ils restent dans leur situation et leur job en espérant que ça s’arrange tout seul.

Du moment que ça reste confortable pour elles.

Ne surtout pas sortir de sa zone de confort ! Surtout pas !

Puis il y a d’autres personnes qui croient pouvoir connaître l’avenir, et qui sont persuadées qu’il sera difficile, sinistre et sombre.

Elles avancent dans la vie avec de grandes attentes dans leur vie, mais sans projets précis sur la manière de les réaliser.

Car leurs préoccupations les freinent tellement qu’elles renoncent à se reconvertir avant même d’avoir exploré le champ des possibles.

Donc elles se tournent elles aussi vers ce qui est confortable, en se reposant sur une chose qui pour moi ne les aidera jamais à répondre à leur envie de changer de vie : le bilan de compétence.

Le bilan de compétence, la fausse bonne solution

Cette méthode qui consiste à s’intéresser uniquement à votre profil professionnel.

Et qui vous aidera au mieux à identifier un métier identique avec des responsabilités un peu différentes et dans une entreprise concurrente à celle de base.

Au pire, vous en ferez un autre en pensant que ça vous apportera des réponses à la question : se reconvertir, mais dans quoi ?

Je ne connais pas une personne qui m’a avoué avoir trouvé sa voie grâce à un bilan de compétences.

Bref, revenons-en à nous.

Se reconvertir n’est pas une abomination

Permettez-moi de vous affirmer que des personnes qui se sont reconverties dans des domaines différents du leur et peu importe leur âge, il en existe beaucoup plus que vous ne le croyez.

Toutes ces personnes ont su aller au-delà de leur conditionnement social pessimiste qui amène le français moyen a être obsédé par ses peurs.

Sacrifiant ainsi son épanouissement pour sa sécurité financière.

Elles ont su aller au-delà de leurs croyances limitantes vis-à-vis de l’âge et de leur expérience.

Elles ont su porter leur attention et concentrer toute leur énergie sur ce qu’elles désiraient le plus à savoir une vie professionnelle épanouissante sous le signe du plaisir.

Comment ont-elles fait pour trouver leur voie et se reconvertir dans ce qu’elles aiment ?

Tout simplement, parce qu’elles ont su passer du cadre du problème au cadre de solutions.

Combien de personnes considèrent la reconversion professionnelle comme un problème plutôt qu’une solution ?

Pour se reconvertir il faut abandonner ses croyances et explorer

Les personnes qui ont radicalement changé de métier ont su abandonner leurs croyances limitantes acquises par la société ou leur éducation et surtout l’idée reçue que pour réussir il faut que ça soit difficile, qu’il est nécessaire de se taper la tête contre les murs pour y arriver.

Ce sont les mêmes croyances limitantes que l’on trouve chez les personnes qui veulent entreprendre.

  • Les personnes qui se sont reconverties ne se sont pas dit : “je suis trop jeune ou trop vieux pour changer de métier”.
  • Elles ne se sont pas dit : “je suis trop jeune ou trop vieux pour entreprendre”.
  • Elles ne se sont pas dit : “il est trop tard pour apprendre de nouvelles choses”.
  • Elles se sont dit : “j’ai un projet professionnel qui m’anime, qui m’enthousiasme et dans lequel je trouverai du sens à ce que je fais, dans lequel je serai utile”.
  • Et je ferais tout pour réussir.

Elles ont accepté qu’elles devaient explorer pour se créer leur propre carte et itinéraire.

Elles ont eu l’audace de sortir des sentiers battus et découvrir d’autres chemins.

Elles ont eu le courage de franchir les barrières qui les amenaient à penser qu’elles étaient trop jeunes, trop vieilles, qu’il était trop tard ou trop tôt.

Et pour enfin trouver sa voie, trouver le projet qui leur colle à la peau et dans lequel elles y trouveraient leur compte d’un point de vue épanouissement, mais aussi sécurité financière.

Ce projet cohérent avec leurs valeurs, leurs besoins et leurs ambitions.

Ce projet qui n’aurait pu être possible si elles étaient restées dans ce cadre qui les contraignait à penser en termes de problème.

Une route très fréquentée n’est pas forcément le chemin à suivre

Il faut parfois prendre des raccourcis et des déviations pour atteindre la destination.

La plupart de mes clients qui sont passés par la question : “se reconvertir, mais dans quoi ?” ont dans leur majorité accepté d’explorer toutes les possibilités qui les enthousiasment pour parvenir à monter des projets vraiment cohérents.

Pour mener votre projet, c’est comme lorsque l’on est entrepreneur.

Il faut avant tout répondre à un réel besoin des consommateurs, sans se soucier au départ de la monétisation du service.

Il y aura toujours un moyen dans un deuxième temps de monétiser le succès du service.

Pour vous c’est pareil, il vous faut d’abord identifier un job qui vous mobilise, qui a du sens et qui répond à vos attentes.

Ensuite vous étudierez la faisabilité pour répondre à votre besoin de sécurité financière.

Et non pas partir de l’inverse.

Car vous en reviendrez encore au même point et ça n’a jamais été un argument pour convaincre un employeur.

Tandis que la première idée oui.

Le plaisir de se reconvertir

Gardez à l’esprit que le changement demande de l’action.

L’inverse est impossible.

Plutôt que de vous focaliser sur les pertes, focalisez-vous sur :

  • VOUS après votre transition.
  • VOUS après votre déménagement.
  • VOUS en étant plus heureux.

Visualisez cette possibilité, jusqu’à ce que cette envie vous démange.

Et lâchez cette question que vous vous poserez automatiquement à savoir « est-ce que j’en suis capable, est-ce que j’ai raison de le faire ?

Mais demandez-vous : est-ce que j’en ai envie ?

De la force de votre désir en découlera tout le reste à savoir, la faisabilité de votre projet, l’approbation de votre entourage, etc.

Clarifiez votre désir vous permettra de vous rendre compte des étapes à franchir pour vous réaliser.

Cela rendra l’avenir moins intimidant

peut-être que l’enjeu ne soit pas de partir ou de rester, mais de devenir qui vous êtes réellement, ici ou ailleurs.

Alors, maintenant que vous avez pris conscience de certaines choses, est-ce que la question : “se reconvertir, mais dans quoi ?” est-elle encore pertinente ?

Gardez à l’esprit que se reconvertir, changer de métier, quitter son job pour entreprendre ou changer de vie est l’occasion de vous exprimer tel que vous êtes.

C’est l’opportunité d’être enfin la personne que vous êtes vraiment plutôt que la personne que les autres attendent de vous ou que la société a faite de vous.

Maintenant, si vous en avez assez de l’anxiété vis-à-vis de l’avenir, des peurs et des excuses qui vous empêchent d’avoir un job qui répond à vos attentes, il existe une solution simple et rapide

Vous allez découvrir mes meilleurs trucs, astuces et stratégies qui ont permis de faciliter la reconversion de centaines de personnes et qui vous aideront à faire le métier que vous souhaitez. Je vous l’offre gratuitement.

Vous allez également obtenir des outils pour vous libérer des croyances limitantes, des peurs, de l’auto-sabotage, trouver votre voie, l’assumer à 100%, passer à l’action pour enfin faire un métier que vous aimez et cela en boostant votre Confiance en vous et votre Estime de soi. C’est une clé essentielle à une reconversion réussie et à la réalisation de vos rêves.

A lire aussi :

Comment TROUVER SA VOIE : découvrir enfin pour quoi je suis fait

Trouver sa vocation : 13 conseils à suivre pour se secouer

Reconversion professionnelle : Tuer son troll et quitter sa zone de confort

FIN DU SALARIAT : Se reconvertir avant le gong

Se reconvertir professionnellement pour les mauvaises raisons

MULTIPOTENTIALITÉ : quand trouver sa voie devient une galère !

Comment TROUVER SA VOIE PROFESSIONNELLE? 7 questions tests à se poser

Comment trouver sa passion ? Les 5 questions à se poser

Être MULTIPOTENTIEL c’est avoir les défauts de ses qualités

Être MULTIPOTENTIEL c’est avoir les défauts de ses qualités

reconversion professionnelle

Être MULTIPOTENTIEL c’est avoir les défauts de ses qualités

Être multpotentiel c’est aussi être un éternel angoissé.

  • Vous vivez des débordements de cerveaux lorsque vous voulez être réaliste ?
  • Vous avez du mal avec votre capacité à gérer votre perception du réel ?
  • Vous avez aussi des difficultés à résoudre des situations stressantes ou conflictuelles ?

Bienvenue dans la matrice des multipotentiels

Apprendre à se connaître, citation apprendre à se connaître, citation osez briller, citation la solution est en vous, la solution est en vous, citation apprendre, citation se connaître, apprendre à apprendre, comment apprendre à se connaître, se connaître test

Apprendre à se connaî

Quand j’étais enfant, j’arrivais à ressentir sous forme d’angoisses des catastrophes imminentes ou à venir.

Attention, je ne suis pas en train de dire que j’ai des dons surnaturels.

Juste de manière générale, et il se peut que ça soit aussi votre cas, je ne suis pas resté très longtemps insouciant.

Comme tout multipotentiel, je me suis posé beaucoup trop tôt des questions existentielles.

Des questions concernant la misère et la guerre, la sexualité et la mortalité, l’injustice et les vices humains.

Cette tendance à trop percevoir et à réfléchir sur les tenants et aboutissants des choses et des êtres amène beaucoup d’entre nous à trouver des problèmes là où il n’y en a pas ou peu.

Si comme moi, en tant que multipotentiel, votre vigilance excessive vous a amené à vous construire sur une représentation dramatique de la vie, et que cette représentation produit des scénarios catastrophes à tout bout de champ.

Ralentissez !

Ralentissez, car cela peut devenir une véritable fabrique à inquiétudes permanentes.

Être multipotentiel : la fabrique à inquiétudes permanentes

Aujourd’hui j’ai su me servir de cette capacité de perception.

Je l’utilise pour identifier ce qui ne va pas lorsque j’accompagne une personne en reconversion qui se met à paniquer alors qu’elle est à deux doigts d’avoir des résultats.

C’est tout d’un coup le déséquilibre dans sa tête.

Ses capacités de perception et de traitement de l’information ne sont plus gérées par sa capacité à modérer ses réflexions.

Du coup on baigne dans la sur-stimulation de son système nerveux. Vous me suivez ?

Cette capacité de modération lui permet de trouver le plus correctement possible le ou les mécanismes de défense les mieux adaptés à une situation rencontrée.

Du coup elle peut alors rentrer dans le déni, la dénégation ou le refoulement

Ceci dit, parlons aussi de la curiosité angoissante.

La curiosité angoissante de la multipotentialité

On entend tout le temps qu’être multipotentiel c’est être curieux de tout.

Mais, la curiosité peut-être un vilain défaut.

Notamment quand la curiosité nous amène à nous disperser dans de nombreuses activités que l’on approfondit peu ou pas du tout

Et lorsque l’on se passionne pour une nouvelle activité, soit on se transforme en perfectionniste soit en bâcleur.

À côté de ça et pour vous faire une confidence.

Plus jeune je me suis réfugié dans les jeux vidéo et la rêverie tout en manifestant mon refus de m’identifier aux problèmes des autres gosses de mon âge.

Je préférais traîner avec les plus âgés par avidité intellectuelle.

Je me sentais décalé par rapport aux autres jeunes.

J’en éprouvais un sentiment de ne pas être normal, d’être rejeté, ce qui a aussi engendré un vécu de solitude profonde.

Sans parler des règles et de la rigueur qui représentaient pour moi des contraintes auxquelles je m’adaptais souvent mal.

Les défauts de nos qualités de multipotentiel

  • Être multipotentiel c’est avoir les défauts de ses qualités.

Comme la qualité de traiter l’information plus rapidement, plus intuitivement et d’avoir une meilleure mémoire en qualité et quantité.

Ce qui permet d’apprendre plus facilement certes, mais ça créé des angoisses par trop d’abondances.

  • Parlons d’humour !

Souvent utilisé par beaucoup non pas pour amuser la galerie, mais par mécanisme de défense.

Ce qui fait de nous, multipotentiels, des personnes relativement susceptibles et mauvaises joueuses.

  • Est-ce que cela vous est déjà arrivé de vivre de fulgurantes réussites sans effort ?

Si c’est le cas, il est possible que cela vous ait faussé votre capacité à raisonner.

Et à être objectif sur vous-même. Car le jour où vous ne réussirez pas, vous vous blâmerez en rentrant dans le tout ou rien.

  • Car être multipotentiel c’est aussi raisonner selon la « loi du tout ou rien ».

Vous pouvez vous bloquer ou vous noyer dans un verre d’eau face à des épreuves à réaliser nécessitant un apprentissage par test et erreurs, un certain effort de travail ou une bonne dose de patience.

  • L’hyperlucidité des multipotentiels peut être un atout pour identifier les tenants et les aboutissants d’une situation, notamment sociale ou relationnelle, mais cela peut aussi être source d’inquiétudes.

Sans parler de l’hypervigilance qui pousse à la dramatisation.

  • L’acuité c’est-à-dire votre sensibilité amène souvent à de l’impatience vis-à-vis de soi ou des autres.

Préférant les réponses directes ou synthétique plutôt que les longues argumentations.

Du coup lorsqu’un multipotentiel s’exprime il peut être tellement succinct dans ses explications que cela peut engendrer des incompréhensions ou des interprétations.

Ce qui peut-être à l’origine de grosses difficultés relationnelles.

La curiosité est un vilain défaut ?

Je parlais tout à l’heure de curiosité, celle-ci est l’une des caractéristiques des multipotentiels.

Souvent ouverts à l’exploration, on se disperse et on se limite à un raisonnement superficiel notamment lorsqu’un sujet ne nous intéresse pas.

On se rappellera tous de certains cours à l’école.

En revanche, on est capable d’acharnement au travail si, par chance, on se découvre une passion ou si on exerce une activité dans le sens de nos intérêts.

Du coup, on s’investit tellement que l’on compromet d’autres domaines d’apprentissage nécessaires à un équilibre personnel.

Personnellement, j’ai failli raté mon bac à cause de la musique.

J’étais tellement passionné par mon groupe de musique que j’y pensais matin, midi, soir et même pendant la nuit en rêvant.

Être multipotentiel c’est être conscient de sa force psychique

Être multipotentiel c’est être conscient de sa force psychique et très souvent en tant que multipotentiel on a du mal à supporter toute forme d’autorité.

En général lorsque l’on ne supporte pas le cadre scolaire il y a de fortes chances de ne pas apprécier le cadre managérial.

On aura tendance à décrier, défier ou contourner ce dernier.

Si lors de votre vie, vous avez été catalogué, mis à l’écart, sanctionné à cause de vos spécificités comportementales, ne vous blâmez pas.

Ne vous blâmez pas, car vous avez juste refusé que l’on vous rentre de force dans une case ou que l’on vous mette une étiquette.

Même si être multipotentiel peut s’apparenter à se mettre une étiquette sur le front.

Et en fonction du degré de votre sensibilité à l’injustice et de vos mécanismes de défense, vous serez plus à même de reprendre le pouvoir de votre potentiel.

Multipotentiels, reprenez le pouvoir !

Ce « multipotentiel » que la société n’a pas su vous faire exprimer.

Servez-vous de votre besoin de vous différencier pour assumer aujourd’hui le fait d’être multipotentiel.

Je sais ce que c’est que d’être partagé entre son désir de réussir, sa lucidité quant à son imperfection et son avidité de reconnaissance…

On préfère se dévaloriser ou ne rien faire plutôt que de s’apercevoir qu’on ne maîtrise pas un domaine ou que la voie à suivre est à nos yeux trop longue.

Il ne vous faut donc pas développer votre estime de vous-même, car vous en avez déjà, mais puisque celle-ci est fragile il vous faut la consolider.

Ayez l’audace d’affirmer que vous avez un potentiel unique.

Il vous faut vous donner des gages de confiance en vous prouvant que vous êtes capable.

Mettez de côté votre sensibilité au regard des autres et lancez vous dans un projet qui vous tient à cœur, qui mobilisera toutes vos capacités de multipotentiel.

Valorisez vous vous-même, n’attendez pas que quelqu’un le fasse pour vous, vous pourriez attendre longtemps.

Vous êtes multipotentiel soyez-en persuadé !

Ne privez pas le monde d’une partie de votre force vive.

Le monde a besoin de vous !

Voulez-vous en finir avec le blues
du dimanche soir et savoir
comment trouver à coup sûr
le job idéal ?

Recevez le Guide de RECONVERSION
étape par étape pour enfin être
heureux de vous lever le lundi matin

À quelle adresse voulez-vous recevoir
votre Guide pour trouver le Job Idéal ?
FELICITATIONS!
Dans 7 min, tu vas recevoir ton
“Guide pour trouver le job idéal”
Pour éviter que ton guide disparaisse dans tes spams,
Assures-toi d’ajouter “Jordane@OsezBriller.com”
à ta liste de contacts e-mail.

Être multipotentiel et faire un choix : entre appréhension et damnation

MULTIPOTENTIALITÉ : quand trouver sa voie devient une galère !

Comment TROUVER SA VOIE : découvrir enfin pour quoi je suis fait

Trouver sa vocation : 13 conseils à suivre pour se secouer

APPRENDRE Á SE CONNAÎTRE : LA surprenante raison de vos ÉCHECS

Comment faire un choix lorsque l’on ne sait pas quoi faire ?