IL A OSÉ… quitter les pompiers pour OUVRIR UNE BOX de CROSSFIT

IL A OSÉ… quitter les pompiers pour OUVRIR UNE BOX de CROSSFIT

reconversion professionnelle

Il a osé… quitter les pompiers pour ouvrir une box de crossfit

Un soir de novembre 2016 dans le café Fluctuat Nec Mergiturlors de république, je rencontre Loïc venu à l’un de mes événements sur le thème de la reconversion professionnelle que j’organisais.

A l’époque il se posait des questions sur son avenir et avait déjà en tête son idée de projet professionnel.

Celle d’ouvrir une box de crossfit.

Quelques années plus tard, Crossfit One Zone voit le jour.

Et c’est une réussite rapide !

Ouvrir une box de crossfit : défi relevé !

Pour réussir sa reconversion professionnelle, tout ne s’est pas fait facilement.

Cependant, Loïc a compris une idée fondamentale qui accélère la réussite d’un projet : une entreprise qui a du succès naît avant même sa création.

Avant de quitter son job pour entreprendre, il s’est préparé en communiquant autour de lui de son intention de créer son entreprise et d’ouvrir une box de crossift.

Là où l’on pense que communiquer autour de son projet est une bonne chose, personnellement je ne recommande pas de communiquer sur ses intentions de lancer sa propre activité.

Sauf si vous en parlez à des personnes qui sont de nature à encourager les autres.

Parler de son projet pro ou pas ?

Car lorsque vous avez trouvé une idée de projet professionnel, vous êtes au début euphorique, vous avez des difficultés à le garder pour vous.

Vous en parlez à votre famille, vos amis, vos collègues etc… Comme si vous vouliez chercher l’approbation des autres.

Il suffit qu’une de ces personnes n’éprouvent pas le même enthousiasme pour que vous vous mettiez tout d’un coup à douter de votre idée.

Vous êtes le père ou la mère de votre idée, les autres n’ont pas à partager le même sentiment.

Défi réussi !

Or, ici Loïc a fait l’inverse avant d’ouvrir une box de crossfit.

Et ça a marché pour lui car il en a parlé à des personnes qui sont constamment dans le dépassement de soi, l’atteinte d’objectifs, la détermination, le soutien et l’encouragement.

On dit que ne peut pas rire de tout avec tout le monde, je dis qu’on ne peut parler de ces idées de projet à tout le monde.

Ouvrir une box de crossfit a été un gros défi pour Loïc qu’il a réussi à relever. Bravo !

Pour aller plus loin :

Si vous avez un projet de création d’entreprise et que vous voulez en explorer la faisabilité. Pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte.

Ou recevez le guide ultime pour trouver le job idéal à coup sûr en cliquant en-dessous.

Trouver une idée de projet professionnel quand on n’a pas d’idées [3 conseils]

Trouver une idée de projet professionnel quand on n’a pas d’idées [3 conseils]

Entreprendre et réussir reconversion professionnelle

Que diriez-vous si je vous disais que la majorité des personnes qui veulent quitter leur job ne le font pas, car elles attendent d’avoir une idée de projet professionnel extraordinaire ?

Aujourd’hui, je vais partager avec vous comment arrêter de gâcher votre temps dans ce job que vous voulez quitter en découvrant comment trouver des idées de projet professionnel pour se lancer.

Comment trouver une idée de projet professionnel quand on n’a pas d’idées ?

Vous sentez-vous bloqué dans votre job actuel parce que vous n’avez aucune idée de projet professionnel pour la suite ?

Et voulez-vous savoir combien d’idée de projet professionnel je vais vous donner dans cette vidéo ?

Zéro !

Je ne pense pas que trouver une idée de projet professionnel provenant de quelqu’un d’autre que vous, vous amènera bien loin.

En revanche, je vais vous donner 3 conseils pour trouver une idée de projet professionnel.

Plutôt que de chercher à comprendre ce qu’il se cache derrière le manque d’idées, je vais vous apprendre comment né une idée.

Trouver une idée de projet professionnel
Trouver une idée de projet professionnel

1- Comment né une idée de projet professionnel

On a déjà tous entendu des histoires où une personne a eu un déclic et à trouver une idée de projet professionnel qui lui a fait changer de vie.

Et ce qui nous amène à penser que les bonnes idées sont le résultat d’un brillant talent exceptionnel ou d’une chance hasardeuse.

Une idée née grâce à votre environnement.

Une idée née en écoutant, en observant, en échangeant avec les autres, voire même en lisant.

J’ai constaté que les personnes qui se sentaient bloquées ne lisaient pas assez ou n’étaient pas assez curieuses de partir en exploration.

Une idée de projet professionnel a besoin de deux facteurs clés pour que vous la preniez en compte.

Le besoin et l’opportunité face à un potentiel problème.

Les meilleures idées font toutes face à un problème.

Si vous identifiez un problème, vous serez moins dans l’autocritique ou à vous mettre la pression inutilement.

Au contraire, vous évaluerez la grandeur de l’opportunité.

Si vous observez suffisamment votre environnement extérieur, les personnes autour de vous, et ce qu’il se passe, ça sera facile pour vous d’identifier le problème et votre esprit vous aidera à créer tout naturellement des solutions.

Soyez-en convaincu, car vous savez que l’être humain a cette facilité à trouver des problèmes.

Fiez-vous donc à cette capacité naturelle et laissez les solutions venir à vous.

Arrêtez de vouloir trouver l’idée parfaite

Mais pour ça, lisez, parlez, échangez, écoutez et arrêtez de courir après l’idée parfaite.

Car vous ne pourrez valider votre idée de projet professionnel qu’en la mettant en pratique dans le monde réel avec des personnes réelles.

La pire chose à faire est de passer trop de temps à perfectionner votre idée de projet sans avoir fait des tests ou rencontrer d’autres personnes pour la confronter à la réalité.

Évitez de faire partie de ces personnes qui pensent trop et ne jamais passer à l’action.

Tuer l’idée dans l’oeuf

Le problème, ça n’est pas votre manque d’idées de projet professionnel (et vous voyez j’identifie un problème) le problème c’est que vous tuez l’idée avant même de l’expérimenter, car vous vous dites que « ça n’est pas un métier » ou « je ne pourrais jamais en vivre ».

Ah bon ! Comment vous le savez ?

  • Des modèles économiques pour augmenter votre revenu, il y en a des dizaines !
  • Des scénarios pour développer votre idée de projet professionnel en parallèle de votre job ou de vos études, il en existe des dizaines !

C’est le manque d’observations, d’informations et de connaissances qui vous font penser ça, alors développez votre capacité à observer, à analyser, à interpréter ou à créer et on se donne rdv dans 6 mois !

Il vous faut élargir votre vision restreinte de la naissance d’une idée de projet professionnel et pour cela, allez échanger avec des personnes qui ont déjà changé de métier, des personnes qui ont osé se reconvertir, des personnes qui ont quitté leur job pour créer leur activité.

Vous en trouverez des témoignages de personnes sur le groupe Facebook les voies des multipotentiels et sur ma chaîne YouTube.

Alors, allez-y !

2 – Une idée de projet professionnel cohérente

J’ai tendance à dire que si vous bloquez, c’est que vous êtes incohérent.

Quand une idée, une personne, une action vous bloque, c’est que cette idée, cette personne, cette action est incohérente avec ce que vous êtes. Donc vos valeurs, votre vision, votre personnalité, etc.

La plupart des personnes vont opter pour une reconversion professionnelle identique au métier qu’elles connaissent déjà et qui ne les épanouit pas.

Positionnez-vous sur des compétences, connaissances et tâches pour lesquelles vous prenez plaisir.

Exercice pour trouver des idées de projet professionnel

Donc je vais vous inviter à prendre un stylo, une feuille et à lister

  • Toutes les expériences professionnelles où vous avez été satisfait de vous ?
  • Tout ce que vous avez apprécié apprendre ces dernières années ? Listez tous les thèmes.
  • Tout ce qui vous a fait vibrer ? Un projet, un échange, un événement, etc.
  • Toutes les sources de plaisir dans vos expériences professionnelles ?
  • Et toutes les compétences où vous avez pris plaisir à les mettre en pratique ?

Pourquoi vous ne trouvez pas d’idées finalement ?

Une compétence c’est un savoir-faire et il faut bien la distinguer avec une tâche.

Car il y a beaucoup de professionnels de la reconversion qui ne savent pas faire la distinction entre une compétence et une tâche.

Et dans les compétences, il y a les compétences techniques et les compétences douces.

  • Coder, c’est une compétence technique.
  • Organiser, c’est une compétence douce qui peut-être associer de la technicité.

Vous voyez la nuance ?!

Une de mes compétences douces, c’est “former” et ma compétence technique c’est la “conception pédagogique”.

Et les tâches liées à la conception pédagogique c’est “l’analyse de l’existant par des recherches”, “la réalisation d’un story-board pédagogique”, “le design du contenu”, etc.

Ça, ce sont des tâches, donc si vous bloquez pour identifier vos talents et ce que j’appelle votre zone d’excellence, c’est aussi à cause de cette confusion.

Une fois que vous aurez fait tout ça :

  • Identifiez des thèmes.
  • Regroupez tout ça.
  • Puis voyez quelles sont les idées qui reviennent souvent.
  • Transformez ensuite ces idées en idée de projet professionnel puis en projet concret.
Trouver une idée de projet professionnel
Trouver une idée de projet professionnel

3- Oser valoriser votre idée

On a trop tendance à croire que pour trouver une idée de projet professionnel il faut que ça soit difficile, douloureux et compliqué.

C’est faux !

Je vais vous présenter d’autres points à prendre en compte pour trouver une idée de projet professionnel.

L’apprentissage

Je parlais d’apprentissage tout à l’heure.

  • Quelle connaissance, quelle compétence voulez-vous apprendre ?

J’ai appris à concevoir des cours captivants et efficaces pour des étudiants comme j’aurai aimé avoir quand j’étais étudiant.

Résultat : j’ai eu des notes de partielles et TD excellentes.

L’apprentissage peut-être un moyen extrêmement enrichissant pour trouver une idée de projet professionnel même si vous êtes débutant.

La chose la plus enrichissante pour moi est d’apprendre de nouvelles compétences et de savoir d’où je pars et de réfléchir à comment je pourrai investir plus de temps à la pratique pour devenir meilleur.

Je pense que le conseil que je vous partagerai c’est : donnez-vous du temps surtout lorsqu’il s’agit d’apprendre une nouvelle compétence.

Vous serez peut-être découragé par votre niveau au début, mais dans un an, vous serez probablement impressionné par le chemin parcouru.

L’émotion

Une autre façon de trouver une idée de projet professionnel est de savoir ce qui vous fait vibrer émotionnellement.

Pour réussir à long terme, il est important de démarrer un projet professionnel en parallèle de son job qui nous mobilise vraiment.

Sinon il sera difficile à l’avenir de trouver la volonté et l’énergie de travailler pendant votre temps libre.

Et si vous voulez rester cohérent dans votre projet, il est nécessaire de préserver votre énergie, votre volonté donc votre discipline.

Je porte de l’amour à ce que je fais, j’aime ce que je fais, c’est ça qui me permet de continuer à faire ce que je fais depuis 2014.

Et l’amour que j’ai pour mon projet me porte pour faire de grandes choses.

La thérapie

Un autre moyen pour trouver une idée de projet professionnel c’est ce que ça vous apporte.

Peut-être que vous vous dites que prendre du temps hors de votre travail pour vous consacrer à un projet professionnel est épuisant, éprouvant, énergivore… mais ça peut aussi être l’inverse.

Si vous prenez plaisir à vous impliquer dans ce projet, ça vous fera du bien !

Si ce projet vous fournit de l’énergie, cela aura comme un effet thérapeutique sur vous.

Ça sera beaucoup plus facile pour vous de trouver le temps pour vous y consacrer.

Et inutile de le rappeler que c’est important de vous amuser.

Le fait d’être un adulte ne doit pas vous empêcher de vous amuser.

  • Quand je suis en formation, je prends plaisir !
  • Quand je coache, je prends plaisir !
  • Quand je fais des TD ou des cours, je prends plaisir !

Et je m’amuse à enseigner ou à former.

Pour moi, le plus important pour trouver une idée de projet professionnel c’est de s’amuser et prendre plaisir quel que soit l’idée, quel que soit votre projet, quel que soit la situation.

Pour passer à l’action et trouver une idée de projet professionnel

Pour finir, je vous invite à faire cette première action :

Si vous voulez être sûr de réussir à trouver une idée de projet professionnel, il vous faut intégrer ce moment de réflexion dans votre planning.

Si autant de gens n’arrivent pas à tenir leurs résolutions en début d’année c’est parce qu’elles n’intègrent pas cette résolution dans leurs plannings.

Pour trouver une idée de projet professionnel, c’est pareil !

Alors, prenez votre planning, votre agenda smartphone ou votre agenda papier et inscrivez-y dedans un moment de 30 minutes de réflexion où vous ne ferez que ça.

Moi j’avais appelé ce moment-là, « l’heure de briller ».

Vous pouvez l’appeler “l’heure de réflexion, de joie, l’heure de se faire plaisir, etc.”

Et on se donne rdv dans 6 mois !

Voilà, j’espère que ces 3 conseils vous aideront à trouver une idée de projet professionnel.

Pour aller plus loin :

Si vous voulez accélérer le processus pour trouver une idée de projet professionnel et tester la faisabilité de vos idées, pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Pas encore prêt pour être coaché ?

Recevez le guide ultime pour trouver le job idéal à coup sûr. Inscrivez-vous en cliquant sur l’image en-dessous.

A lire aussi :

Trouver des idées : s’inspirer ou copier les autres ?

Idée Business : Comment trouver une idée de business ?

Trouver un objectif de vie : Les 3 seules clés que vous devriez utiliser

Démarrer une entreprise : trouver une idée de boite qui déboîte !

TROUVER SA VOIE : savoir que l’on est sur le BON CHEMIN

Il a osé… quitter Virgin radio pour devenir Kinésiologue

Il a osé… quitter Virgin radio pour devenir Kinésiologue

Changer de métier

Si devenir kinésiologue est récemment devenu votre objectif professionnel, alors soyez bien attentif au témoignage de Franck qui va vous parler à coup sûr.

Franck a fait le choix de se reconvertir en kinésiologue après une longue expérience dans une grande radio française bien connue des jeunes générations.

Enfant, il rêve d’une chose, travailler à la radio.

Pendant des années il se donne les moyens de mettre un pied dans ce monde.

Il finit par rentrer par la petite porte en travaillant au standard de la radio.

Il travaille avec les plus grands de la radio jeune en faisant les matinales.

Son job le passionne et lui prend beaucoup de temps… et d’énergie.

Après un rythme intense et quelques années, il fait un burn-out.

Ce burn-out sera le début du commencement d’une nouvelle vie.

Il décide de quitter son job à la radio pour faire une formation de kinésiologue.

Franck et moi avons quitté notre job au même moment et nous nous sommes lancés à notre compte aussi à la même période.

Je vous invite à écouter son témoignage de kinésiologue et d’ancien salarié.

Il a osé… quitter son job de COMPTABLE pour devenir WEB-DESIGNER

Il a osé… de conseiller Pôle Emploi à RIGOLOGUE

Il a osé… Fuir la défense et les STARTUPS pour devenir PIANISTE

Elle a osé… quitter son job de consultant et devenir créatrice de bijoux

Elle a osé… quitter son job et son confort pour créer sa boîte

3 choses apprises de mon burn-out à 30 ans avant de changer

3 choses apprises de mon burn-out à 30 ans avant de changer

Comment se motiver

3 CHOSES apprises de mon BURN-OUT à 30 ans avant de changer

Je me suis rendu compte que je vous parlais très souvent du Burn-Out que j’ai vécu lorsque j’étais salarié consultant à la défense.

Mais que je ne vous ai jamais raconté comment je l’ai vécu et encore moins comment j’y ai survécu.

Peut-être parce que je ne voulais pas me replonger dans le récit d’un moment de ma vie qui a été très difficile émotionnellement, psychiquement et dans lequel je me suis senti très seul.

Alors j’ai pris la décision de vous raconter un moment très personnel et très difficile de ma vie.

J’espère que ce contenu fera du bien à ceux et celles qui sont en burn-out ou qu’ils l’ont vécu.

Comment ça m’est arrivé

Un jeudi matin de Juin 2012, je me suis réveillé sans voix.

Je n’arrivais pas à parler.

J’ai d’abord cru à un mal de gorge.

Une semaine plus tard, c’est toujours là.

Je décide d’aller voir mon médecin.

Le diagnostic était “simple” à établir: burn-out !

Mon corps s’est mis à me dire « Stop ! »

Mes cordes vocales ne fonctionnaient plus correctement.

Tout ce que j’avais emmagasiné au travail sans rien dire s’est manifesté par une extinction de voix.

Quelle ironie n’est-ce pas ?

Ça a duré plus de deux mois.

J’étais épuisé physiquement et psychiquement.

Je vivais constamment avec des sentiments d’impuissance et de frustration.

Je me demandais : “mais comment j’ai fait pour en arriver là ?”

Les symptômes du burn-out

burn-out citation, burn-out comment s'en sortir, sortir du burn-out, signes burn-out, symptomes burn-out, épuisement mental, épuisement professionnel, sortir du burn-out
3 choses apprises de mon Burn-out

C’est simple à l’époque, je faisais un boulot où tous les matins j’y allais à reculons.

Le fait même de repenser à ce trajet que je faisais pour aller travailler le matin me reconnecte à des émotions qui me rappellent ce que je me disais à l’époque.

Je me souviens qu’en marchant dans ce parc, il m’arrivait de regarder le jardinier en train de travailler et de me dire :

« Lui au moins il n’a pas de pression, j’aurai dû faire un métier comme ça, j’aimerai tellement faire un job dehors peinard ».

En partageant cette pensée avec une collègue qui elle aussi était épuisée, elle m’avoue que ça lui était arrivé de penser la même chose en voyant les jardiniers du parc d’à côté.

Sans enjoliver ou rabaisser ce métier, nos réflexions étaient de l’ordre de l’échappatoire.

Ca n’arrive pas qu’aux autres

J’ai toujours bossé et je me suis toujours donné les moyens pour y arriver.

Rien ne me prédisposait à faire de longues études.

Je viens d’une famille où je suis le seul à avoir eu le bac et les profs ne croyaient pas en moi.

J’ai pourtant obtenu tous mes diplômes pour au final travailler dans une boîte de conseil.

Très vite, je me suis rendu compte que ce métier n’avait rien à voir avec ce qu’on m’avait vendu quand j’étais étudiant ou à mon entretien.

Et là je me suis dit :”tout ça pour ça !”

J’étais très déçu de moi-même, du monde du travail, je m’en voulais, et à la fois je me sentais berné.

Comment expliquer ce sentiment à son entourage lorsque l’on n’arrive même pas soi-même à l’exprimer ?

Les signes du burn-out

Je me sentais seul, incompris et vide de toute énergie.

J’avais pourtant tous les signes du Burn-Out, j’étais irritable et exécrable avec mon entourage.

Tout m’énervait, je n’avais aucune patience, je vivais avec le stress, j’étais à fleur de peau et quelques jours après, mon burn-out est arrivé.

Pour ajouter à ma désillusion, je suis aussi tombé de haut lorsque j’ai compris que travailler en entreprise n’est pas une question de mérite, mais de copinage et de jeu politique.

Bien faire son job ne suffit pas il faut aussi faire copain/copain avec le manager.

Ça permettait d’être formé avant une mission, d’avoir de la reconnaissance, les plus grosses augmentations, les meilleurs projets, etc.

Ça, je l’ai compris trop tard.

Parce que mon burn-out était déjà là.

Le burn-out et la solitude

Et comme je suis le seul à avoir vécu un burn-out dans mon entourage, dans ce genre de cas on se sent encore plus livré à soi-même sans savoir où trouver du soutien, où trouver les réponses et comment stopper toutes ces remises en question du style :

  • Est-ce que je suis vraiment mauvais ?
  • Est-ce que je suis vraiment fait pour ce métier ?
  • Est-ce que je suis vraiment fait pour bosser dans une boîte ?

Autant de questions anxiogènes qui nourrissaient mes crises d’angoisse, mes difficultés à trouver le sommeil, en plus du sentiment intense de désespoir.

Heureusement que j’ai su me relever très rapidement de cet épisode chaotique de ma vie.

J’y ai pourtant laissé quelques plumes.

Le côté positif

J’ai perdu des personnes de mon entourage, ma petite amie de l’époque avec qui j’étais 3 ans, c’était une période très dure à vivre.

Mais quand vous l’avez vécu et que vous avez survécu à tout ça, c’est là que l’adage qui dit « ta vie commence le jour où tu réalises que tu n’en as qu’une » prend tout son sens.

Et le côté positif de mon burn-out est qu’il m’a permis d’apprendre sur moi-même, la vie et mon rapport au travail.

Et je ne remercierai jamais assez cette directrice des ressources humaines qui était une cliente à l’époque et qui m’a dit cette phrase :

« Jordane faut pas se mettre dans cet état pour du travail, ça n’est QUE du travail ».

Pour tous ceux et celles qui vivent l’épuisement au travail, j’avais envie de vous partager 3 choses apprises lors de mon Burn-Out, j’espère que cela vous apportera du soutien nécessaire et que cela vous fera vous sentir un peu moins seul.

3 CHOSES apprises de mon BURN-OUT à 30 ans avant de changer

1 – Être bienveillant envers soi-même

Ne soyez pas dur vis-à-vis de vous-même.

La première chose que j’ai faite pour aller mieux, c’est d’arrêter de parler de moi en mal.

Tous les « je suis nul, je suis trop bête, les autres sont meilleurs, je suis anormal, etc… »

Tout ça, vous oubliez !

Vous avez le droit d’aller mal, c’est ok.

Mais il vous faut être hermétique face à tous ceux et celles qui reconnaîtront ou non votre état ou qui tenteront de le minimiser.

Juste, soyez à votre écoute, car personne ne le fera pour vous.

Si vous ne vous écoutez pas, personne ne le fera à votre place.

Écoutez-vous.

Écoutez ce que votre corps a à vous dire.

  • Si vous avez régulièrement la boule au ventre la veille avant d’aller travailler.
  • Si vous vous sentez submergé par des pensées négatives et que vous vous irritez pour rien.
  • Si vous mettez trop de temps à accomplir des tâches quotidiennes, ou si, au contraire, vous vous épuisez à la tâche sans éprouver de plaisir.

Vous pouvez être sûr que votre corps vous enverra un message d’alerte bien assez vite.

ÉCOUTEZ-LE.

Personne d’autre que vous ne l’entendra.

Alors, soyez à votre écoute, faites-vous confiance et soyez bienveillant avec vous-même.

Être bienveillant avec vous-même c’est le premier réflexe à avoir, et c’est le plus saint que vous puissiez avoir.

Être bienveillant avec vous-même ça veut dire, prendre soin de vous et d’accepter la situation intenable qui vous arrive sans vous victimiser.

Car non, vous n’êtes pas obligé de tirer sur la corde jusqu’à ce qu’elle claque.

2 – Connaître ses limites ET savoir les poser

Je vais vous dire une chose :

  • Il n’y a pas de honte à avoir des limites.
  • Il n’y a pas de honte à être faible à un moment de sa vie.

Je sais qu’on est dans une société de compétition où il n’est pas permis de se montrer faible.

Et ça, certaines personnes autour de vous vous le feront sentir comme ça.

C’est ce qu’on pu me renvoyer certaines personnes à qui je partageais mon ressenti et mon vécu.

burn-out citation, burn-out comment s'en sortir, sortir du burn-out, signes burn-out, symptomes burn-out, épuisement mental, épuisement professionnel, sortir du burn-out
3 choses apprises de mon Burn-out

J’ai eu droit à des remarques culpabilisantes du style.

« Si t’es mal, c’est de ta faute, tu es mal organisé, tu n’as pas les épaules pour ou tu prends les choses trop à cœur, c’est dans ta tête, arrête de te plaindre, casse-toi si tu n’es pas heureux »

Cette dernière phrase, je l’ai prise au pied de la lettre.

Évitez de rentrer dans la justification de votre mal-être.

Ce que vous ressentez vous appartient.

  • Alors oui vous avez un boulot.
  • Oui y a plus malheureux que vous.

Éviter ce type de raisonnement c’est inutile.

Vous n’avez pas besoin de passer du temps avec des personnes qui ne savent juste pas faire preuve d’empathie.

Vous n’avez donc pas à avoir honte de faire un burn-out.

N’allez donc pas croire, comme ça a été mon cas, que vous êtes un imposteur, non mettez de côté votre syndrome de l’imposteur et que vous n’êtes pas fait pour votre job.

Car ça ne veut pas forcément dire ça, mais plus simplement que ce sont les conditions de travail qui ne vous correspondent pas.

Dans ce cas, vous devez vous poser la question de vos limites.

  • Jusqu’à quel point j’arrive à vivre avec la pression ?
  • Est-ce que mon travail est reconnu ou valorisé ?
  • Est-ce que la plupart du temps je suis heureux de me lever le matin ?

Soyez honnête dans vos réponses.

Encore une fois, il n’y a aucune honte à avoir des limites.

C’est normal, vous êtes humain, vous n’êtes pas un robot.

Juste, acceptez de tirer la sonnette d’alarme et gardez à l’esprit que vous avez le droit de dire non ou stop.

Posez vos limites, car vous êtes la seule personne à pouvoir le faire, mais en aucun cas ça ne vous rend responsable de votre mal-être.

Aucun travail ne vaut la peine de se ruiner la santé.

3 – Ne vous victimisez pas

Je vous disais tout à l’heure de ne pas vous victimiser ou de vous autoflageller.

Si après avoir fait le nécessaire et que rien ne change.

Il est temps de prendre votre situation en main.

Demandez-vous: “Qu’est-ce vous avez besoin de faire pour aller mieux?”

Quand ça m’est arrivé, je me souviens avoir eu le réflexe de refuser l’arrêt maladie que me proposait le médecin.

Mais en faisant cela, je me suis rendu compte que personne ne prenait au sérieux ce qui m’arrivait.

Et comme ça ne s’arrangeait pas et que j’étais fragile à ce moment-là, j’ai finalement décidé de revoir le médecin pour accepter l’arrêt.

Ça a prouvé à mes responsables que ça n’était pas du chiquet.

L’arrêt a duré deux fois une semaine.

La première semaine, je me suis isolé pour me reposer.

La deuxième semaine, j’ai pris du recul sur ma situation ce qui m’a permis de prendre les meilleures décisions de ma vie.

On était en juillet.

Je suis allé sur mon ordi, poser mes congés pour septembre et j’ai pris un billet pour le Canada et le Brésil.

J’avais besoin d’ailleurs de m’éloigner de ma zone de problème et de me retrouver.

Comme une sorte de pèlerinage.

En revenant je me suis conforté dans mon idée de me laisser quelques mois avant de mettre les voiles et quitter mon job.

Dans ma tête la décision était prise.

Traiter mon burn-out m’a pris plusieurs mois.

Ça m’a demandé beaucoup d’énergie mentale, car j’ai vécu l’ascenseur émotionnel toute la période où j’étais aphone.

burn-out citation, burn-out comment s'en sortir, sortir du burn-out, signes burn-out, symptomes burn-out, épuisement mental, épuisement professionnel, sortir du burn-out
3 choses apprises de mon Burn-out

Un jour vous allez mieux, l’autre jour vous êtes au fond du gouffre.

Je m’en suis sorti grâce à mon mentor québécois, le coach David Bordez que j’ai rencontré lors de mon voyage au Canada.

C’est d’ailleurs à cette époque que je me suis remis à lire.

Ça m’a demandé de la patience, mais j’ai réussi à m’en sortir grâce à mon coach, grâce à ma volonté, grâce aux décisions prises et en me fixant de nouveaux challenges qui allaient me permettre d’aller mieux, qui aillaient me permettre de sortir de cette situation.

  • Donc, je me suis remis en question.
  • J’ai remis en question ma personne.
  • J’ai remis en question mes attitudes, ce que je croyais être important pour moi, ce que je croyais être vrai.
  • J’ai remis en question ma vie.

Puis j’ai essayé de nouveaux comportements.

Je me suis investi pleinement dans mon mieux-être.

Et si vous ne vous engagez pas envers vous-même et que vous ne vous investissez pas, vous ne pourrez pas espérer aller mieux.

Il vous faut être prêt pour aller au-delà de vos peurs, celles qui vous empêchent d’avancer.

Il vous faut être prêt pour quitter des environnements et des personnes toxiques.

Et pour y arriver il vous faudra faire les bons choix et parfois même savoir vous faire entourer des bonnes personnes, celles qui vous tirent vers le haut.

Acceptez de vous faire aider, car c’est une période difficile.

Il m’arrivait d’avoir des crises à des moments inattendus, sur le trajet du retour, devant mes amis en soirée, le matin au réveil…

J’étais à un tournant de ma vie.

Il y a eu trop de chamboulements à la suite de mon Burn-Out, je m’étais fait virer de mon groupe de musique, la rupture avec ma copine de l’époque a été difficile et l’isolement n’a rien arrangé.

Tous ces chamboulements m’ont fait basculé dans la dépression et je devenais anxieux vis-à-vis de l’avenir, je n’arrivais plus à l’imaginer.

Sortir du burn-out

Heureusement pour moi, j’ai eu le bon réflexe de prendre des vacances et de rencontrer un Coach au Canada.

J’ai eu beaucoup de chance de trouver David, encore plus quand je repense aux accompagnements ratés de deux coaches françaises qui étaient complètement perchées et inefficaces.

Avec David, j’ai eu l’impression de renaître, de me réapproprier ma vraie personne.

De repartir en exploration de moi-même.

  • J’ai appris à m’écouter, à me faire confiance, à me réapproprier mon potentiel longtemps mis de côté en entreprise.
  • J’ai appris à m’apprécier, à être un ami pour moi-même, à me comprendre.
  • J’ai appris à grandir.

Ca peut-être douloureux, mais le bénéfice qui en ressort est à vie.

J’étais persuadé que je m’en sortirais seul, c’était une erreur, j’ai gagné des années sur ma vie.

Gardez donc à l’esprit que le burn-out n’est pas le reflet de qui vous êtes.

Il révèle vos limites, vos faiblesses, vos craintes, vos interrogations, vos désillusions et déceptions que vous n’arrivez pas à gérer seul(e).

Mais en aucun cas, ce mal-être ne définit votre personne.

Vous êtes bien plus que cela.

Vous ne le savez juste pas encore.

Pour aller plus loin :

Si vous aussi, vous vivez ou avez vécu un burn-out et que celui vous a fait prendre conscience qu’il est de changer de métier ou se reconvertir. Pensez au coaching. Contactez Jordane en cliquant ici.

A lire aussi :

Brown-out : entre démotivation et perte de sens

Redonner du sens à sa vie professionnelle

Se sentir bloqué dans sa vie

Se créer de nouvelles habitudes durables et rester zen

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

reconversion professionnelle

Vous avez récemment demandé à quitter votre job par une demande rupture conventionnelle ?

Vous avez commencez par faire un CV pour préparer votre retour sur le marché ?

Vous vous sentiez soulager jusqu’à ce que vous ayez reçu ce mail ayant pour objet : rupture conventionnelle refusée ?

Peu importe les raisons de votre décision, que ce soient vos conditions de travail qui se sont dégradées ces dernières semaines ou que le nouveau manager soit un tyran, vous voulez quitter votre job en trouvant un accord et vous avez opté pour une rupture conventionnelle mais celle-ci a été refusée.

Demande de rupture conventionnelle refusée ?

Relaxez-vous, je vais vous répondre et vous allez voir qu’il existe des alternatives à une rupture conventionnelle refusée.

Avant toute chose, avez-vous cherché à obtenir les raisons de ce refus ?

Savoir pourquoi la rupture conventionnelle a été refusée est la première chose que vous devez savoir.

La plupart du temps, qu’est-ce qu’il se passe quand vous faites votre demande à votre employeur ?

Idéalement, ce dernier vous répond OK et vous rentrez dans la partie négociation.

Loin de la représentation idéaliste que se font la plupart des salariés, demander une rupture conventionnelle et quitter son job n’est pas aussi simple.

Tout est une question de stratégie !

La plupart du temps, votre employeur va répondre “non” à votre demande, pour la simple et bonne raison qu’il ne veut pas vous laisser partir avec des indemnités.

Il va préférer que vous preniez la décision de démissionner pour ne rien avoir à débourser.

Rupture conventionnelle refusée, citation quitter son job, citation trouver sa voie, citation osez briller, citation progresser, citation changer de métier, citation reconversion professionnelle, citation confiance en soi, citation la solution est en vous
Rupture conventionnelle refusée

Être payé pour partir c’est le rêve de tous les salariés désengagés ou démotivés, à la limite du Burn-Out.

Exemple de rupture conventionnelle refusée

Récemment le conjoint d’une amie s’est vu refuser sa demande de rupture conventionnelle.

Pourquoi ? Parce que c’est un bon élément dans l’entreprise.

Il a rapporté en 2 ans plus de 2,5 millions de CA à lui tout seul, il est donc difficile pour l’employeur de se séparer d’un bon élément comme lui.

Mon ami se sent trahi par cette décision qu’il estime être injuste car il s’est impliqué dans cette entreprise.

Il ne s’attendait pas à voir dans sa boîte mail : “rupture conventionnelle refusée”.

Si dans le cas contraire, votre responsable vous considère comme un élément qui ne s’intègre pas suffisamment à l’équipe ou que l’exécution de votre travail ne le satisfait pas, vous représenterez davantage un coût pour lui qu’une valeur ajoutée.

Dans cette situation vous aurez plus de chances de vous voir proposer une rupture conventionnelle.

Vous trouvez ça injuste ?

Et pourtant !

La rupture conventionnelle n’est pas un droit

La rupture conventionnelle n’est pas un droit, vous ne pouvez pas l’imposer à votre employeur, et l’inverse est aussi valable.

Comme son nom l’indique, elle est issue d’un commun accord entre vous et votre employeur.

Il est donc dans son bon droit de vous faire un tampon rouge en gros sur le coin de votre demande : rupture conventionnelle refusée très cher-e- !

Alors, que faire quand on a reçu : rupture conventionnelle refusée ?

Quand je vous parlais de stratégie, hé bien ! OUI ! C’est une stratégie pour valider une demande de rupture conventionnelle !

Il y a deux possibilités pour faire en sorte que sa demande de rupture conventionnelle soit acceptée.

Il y a la manière forte comme :

  • La stratégie d’attaque brutale qui consiste à faire un abandon de poste.
  • La stratégie de protection qui vise à multiplier les arrêts maladie.
  • La stratégie du barreau qui est de se faire aider par un avocat pour forcer la main de votre employeur mais ça ne vous facilitera pas la vie.

Et il y a la manière douce comme :

  • La stratégie de la patience qui consiste à préparer son projet en parallèle de son travail, comme ce que j’ai fait, jusqu’à provoquer la rupture conventionnelle.
  • Ou bien demander un RDV pour exposer la situation, les faits et vous entretenir sur les raisons de votre départ, mais ça je suppose que c’est ce que vous avez fait et ça n’a pas marché.

Peut-être que comme le conjoint de mon amie, vous ne l’avez pas correctement amené sur la table.

Lui s’est servi de l’argument qu’il quittait la région parisienne pour s’installer en Haute-Savoie. Résultat : demande de rupture conventionnelle refusée.

Ce qu’il faut savoir avant de faire sa demande de rupture conventionnelle

Il vous faut savoir plusieurs choses avant de demander une rupture conventionnelle.

Rupture conventionnelle refusée, Citation quitter son travail, quitter son travail, quitter son job, quitter son emploi, citation reconversion professionnelle, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation la solution est en vous, citation osez briller, citation faire ce que l'on veut, citation se reconvertir, citation trouver sa voie, citation pour aller mieux, la solution est en vous, citation vie professionnelle, citation changer de travail, citation pour quitter son job
Rupture conventionnelle refusée
  • Est-ce que c’est la culture de la boîte ?

Ce n’était pas le cas dans mon ancienne boîte, pourtant j’ai réussi à l’obtenir.

J’ai su jouer la carte de la patience et de la résistance.

J’avais connaissance de l’état de santé de mon entreprise et qu’elle allait être en pleine réorganisation dans un futur proche.

Dès que la première rupture conventionnelle a été proposée dans l’entreprise, j’ai récupéré les infos de négoce du salarié concerné (conditions de départ, indemnités, délai de carence…) et j’ai provoqué la rupture avec ma propre stratégie.

  • Pour voir sa rupture conventionnelle acceptée, parlez le même langage

Ne réfléchissez plus en termes de raisons personnelles mais en termes de coût pour l’entreprise.

Vous serez d’accord avec moi que votre employeur n’aura pas d’intérêt à garder un salarié qui ambitionne une autre carrière, n’est-ce pas ?

Exposez les conséquences de votre désengagement en termes de coût pour l’entreprise.

Mais jouez cette carte intelligemment: faites un calcul des indemnités de départ de la rupture conventionnelle versus le coût de votre désengagement suite à cette demande de rupture conventionnelle refusée.

Ça n’est pas tout, mettez-vous dans les godasses de votre interlocuteur et présentez-lui des alternatives pour compenser votre départ comme le fait de trouver vous-même un remplaçant ou de vous engager à former le nouvel entrant qu’eux ou vous aurez trouvé.

Réfléchissez toujours en termes de ressources et de chiffres! Là vous serez écouté et augmenterez vos chances de passer d’une rupture conventionnelle refusée à une rupture conventionnelle acceptée.

Les alternatives à une rupture conventionnelle refusée

Même après avoir parlé la même langue que votre employeur, il ne vous laisse toujours pas partir de l’entreprise ?

Soit il s’accroche à vous comme un ex qui refuse d’avancer dans sa vie, soit il fait ça pour vous pourrir la vie… (Comme un ex !)

Et la plupart du temps, c’est la deuxième situation.

Dans ce cas, si vous tenez à partir la tête haute, il vous reste d’autres alternatives à la rupture conventionnelle refusée. Il y a:

  • Le congé sabbatique
  • Le congé sans solde
  • Et le congé pour création d’entreprise.

Voici deux histoires d’anciens collègues pour illustrer ces deux dernières alternatives.

Quand j’étais encore consultant salarié, deux collègues ont demandé un congé sans solde pour voyager autour du monde pendant 11 mois. (Note : la majorité des salariés qui partent à l’aventure à l’étranger autant de temps restent rarement dans l’entreprise plus de 4 semaines après leur retour. Pourquoi ? Lorsque vous goûtez à la liberté, avez-vous envie de revenir en prison ?)

Ce congé sans solde est une suspension de votre contrat et demande là encore la validation de votre employeur (aussi bien pour le congé que pour la durée de celui-ci qui s’échelonne entre 6 et 11 mois).

Pendant leur congé sans solde, mon ancien employeur avait trouvé d’autres consultants pour les remplacer et à leur retour, ils ont tous les deux mis les voiles vers d’autres horizons.

Idem pour le congé création d’entreprise. Un collègue (Clarence, salut !) a fait une demande qui a été acceptée. Celle-ci a été acceptée car son activité de consultant était calme et qu’il était apprécié.

Si comme lui, vous voulez tenter l’aventure de la création d’entreprise et si celle-ci réussit, vous pourrez sereinement déposer votre démission à votre retour.

Il y a toujours inscrit “rupture conventionnelle refusée” ?

  • Proposez-lui un aménagement de vos horaires en lui faisant une proposition de temps partiel.

Ce qui vous permettra de vous libérer du temps pour vous consacrer à une autre activité, développer votre entreprise ou partir en exploration du freelancing en portage salarial.

Cela vous permettra aussi d’avoir un maintien de salaire et ainsi de ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier.

À la guerre comme à la guerre

Autrement, il vous reste l’abandon de poste.

Il faut le rappeler, c’est considéré comme une faute grave entraînant le licenciement.

Vous vous demandez peut-être pourquoi opter pour un abandon de poste plutôt qu’une démission ?

Si votre démission ne donne en principe pas droit au chômage, en revanche, le licenciement lié à l’abandon de poste ouvre droit au versement des allocations par Pôle Emploi et ce, même en cas de faute grave.

D’où le choix d’abandonner son poste plutôt que de démissionner.

Ensuite, il vous reste la possibilité de rentrer dans le programme Macron.

Le projet de reconversion pour voir sa demande de rupture conventionnelle acceptée

Vous avez les arguments pour quitter votre travail ? Super !

Vous avez fait le tour de votre job, il ne vous “excite plus”, OK ! Surtout gardez le pour vous le jour de l’entretien de négociation.

En revanche vous avez de nouveaux droits si vous démissionnez depuis que Macron est passé.

La loi Liberté de choisir son avenir professionnel vous permet une mobilité professionnelle qui vous donne l’opportunité d’enclencher votre reconversion professionnelle ou une création d’entreprise.

Donc si vous démissionnez en ayant le projet d’entreprendre ou de reconversion professionnelle, vous aurez désormais droit à l’assurance chômage au même niveau d’indemnisation que les autres.

Renseignez-vous là-dessus et préparez-vous à monter un projet béton.

La patience est votre meilleure amie

Dans tous les cas il vous faudra vous armer de patience et surtout évitez les conflits.

Rupture conventionnelle refusée, citation steve jobs, citation gaspiller son temps, citation vivre sa vie, citation stevejobs, Citation destin, citation sur le destin, citation choix, citation faire des choix, Citation quitter son travail, quitter son travail, quitter son job, quitter son emploi, citation reconversion professionnelle, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation la solution est en vous, citation osez briller, citation faire ce que l'on veut, citation se reconvertir, citation trouver sa voie, citation pour aller mieux, la solution est en vous, citation vie professionnelle, citation changer de travail, citation pour quitter son job
Rupture conventionnelle refusée

J’ai pris le soin de ne pas partir fâché avec mon ancien employeur. Résultat: 3 ans après, ils ont financé un de mes coachings pour une collègue qui avait décidé de quitter son travail afin de se reconvertir.

Donc faites attention à la façon dont vous allez amener les choses.

Je préconise l’approche du projet de reconversion professionnelle qui annonce à l’employeur que vous partez vers d’autres horizons professionnels et pas chez le concurrent.

Soyez stratégique afin de ne pas finir au placard ou de vous enfermer dans des successions d’arrêts maladie, c’est le meilleur moyen de rentrer en conflit.

Ce n’est pas la meilleure manière de faire une sortie de scène.

Votre moral en prendra un coup, vous serez dans la colère et en perte de confiance vis-à-vis de vous-même et de votre rapport avec le monde du travail.

Vous devrez vivre avec le stress alors apprenez à savoir prendre du recul.

Surtout que vous devez l’avoir mauvaise depuis cette demande de rupture conventionnelle refusée…

Optez pour la stratégie de la patience

C’est ce que j’ai fait, il m’a fallu du temps et de la patience pour quitter mon job dans de bonnes conditions.

J’ai attendu le bon moment pour faire en sorte que la demande de rupture conventionnelle ne soit pas à ma demande, mais à celle de mon employeur. Ca fait toute la différence !

Je peux vous en faire part car c’est ce qui a fonctionné pour moi et hélas ce serait trop long à expliquer.

Mais quoi qu’il en soit, restez professionnel jusqu’au bout.

Pensez à vos équipes, pensez à vos clients, eux n’y sont pour rien… Ou pas.

Je sais que ça vous demandera de trouver l’énergie mentale nécessaire.

Pour ça servez-vous de l’énergie que vous procure votre projet de reconversion professionnelle, votre projet de changement de vie ou votre projet de création d’entreprise.

Car pendant que vous le préparerez comme je l’ai fait, vous aurez une stabilité financière.

Profitez-en pour mettre de côté au maximum.

Quel que soit votre projet, votre situation ou votre histoire, gardez à l’esprit votre objectif final et entretenez cette énergie dont vous aurez besoin en continuant d’apprendre, d’explorer, d’anticiper, en rencontrant de nouvelles personnes et en restant stimulé intellectuellement dans vos challenges.

Car vos projets ne sont qu’énergie et c’est cette énergie qui vous permettra de vous lancer sereinement dans ce qui vous fait vibrer et ainsi, créer une vie qui vous ressemble.

Aller plus loin :

Si vous voulez découvrir comment trouver sa voie professionnelle et faire naître votre futur projet de reconversion professionnelle ou création d’entreprise, je vous invite à me contacter en cliquant ici ou bien cliquez en-dessous pour recevoir le Guide Ultime pour Trouver le Job Idéal à Coup Sûr.


Épanouissement professionnel : comment le préserver au travail

Épanouissement professionnel : comment le préserver au travail

Comment se motiver

Épanouissement professionnel : comment le préserver au travail

J’ai décidé de vous partager une réflexion particulière suite aux résultats que j’ai pu obtenir avec la majorité de mes clients sur un sujet qui nous concerne tous : l’épanouissement professionnel.

L’épanouissement professionnel : une question de responsabilité

L’épanouissement c’est comme le bonheur c’est un travail intérieur.

Ne remettez à personne d’autre que vous la responsabilité de votre bonheur ou de votre épanouissement professionnel.

Car beaucoup de gens attendent quelque chose ou quelqu’un pour les rendre heureux, aussi bien dans leur vie pro que perso.

Et je vais partager avec vous une chose cruciale, gardez la bien dans un coin de votre tête, au chaud.

  • Vous êtes la seule personne responsable de votre épanouissement.
  • Vous êtes la seule personne responsable de vos propres expériences de vie.
  • Vous êtes la seule personne responsable de votre bien-être.

Que vous soyez une personne qui recherche plus de sens dans sa vie ou une vie heureuse.

Vous êtes responsable de vous-même.

L’épanouissement professionnel est une question d’attitude

Si vous attendez des autres qu’ils vous rendent heureux… apprêtez-vous à être très régulièrement déçu-e-.

Il y a deux choix de base dans la vie, accepter les choses telles qu'elles sont, ou accepter la responsabilité de les changer, citation confiance en soi, citation changement de vie, citation zone de confort, citation lâcher prise, citation stress, phrase confiance en soi

Comment préserver son épanouissement professionnel

Et quand je dis que vous êtes responsable de votre épanouissement professionnel ou même personnel, cela veut dire ne pas blâmer les autres pour ce qui vous arrive de mal.

Cela veut aussi dire trouver toutes ces choses qui vous permettent de préserver votre joie, au delà des comportements des autres et des influences de votre environnement.

Ce qui est primordial de savoir concernant votre épanouissement professionnel est la chose suivante :

  • votre épanouissement dépend beaucoup plus de votre attitude que d’un concours de circonstances.

Votre épanouissement professionnel ne dépend que de vous

La plupart du temps, les gens vivent des situations difficiles qui entraînent des changements. Des changements de point de vue, de perceptions et de cadre par lesquels ils voient le monde, les autres et eux-mêmes.

Il vous suffit d’être à la merci du stress de la vie pour rapidement oublier de prendre la responsabilité de votre épanouissement professionnel et d’oublier la façon dont vous devez réagir pour rester calme, posé-e- et serein-e-.

Quand c’est le cas, prenez du temps pour vous et remarquez comme le fait de ralentir votre rythme vous fait du bien.

Personne d’autre que vous ne peut vous rendre heureux.

Lorsque vous laissez votre épanouissement professionnel entre les mains de quelqu’un d’autre que vous, vous finissez par être passif.

Il se passe la même chose dans votre vie personnelle.

Lorsque vous attendez d’être avec quelqu’un pour être heureux, vous finissez par être dépendant de cette personne.

Et lorsque cette personne vous quitte, un vide intérieur se crée en vous.

Tout ce qui fait partie de votre environnement, tout ce qui est en dehors de vous ne peut pas vous aider à aller mieux dans votre vie, alors que l’inverse oui.

Le bonheur au travail est un choix ?

Le neurologue Viktor Frankl et auteur du livre à succès “découvrir un sens à sa vie” dit dans son livre que deux des choses les plus importantes de la vie sont :

  • les expériences que l’on vit, ou ce qui nous arrive.
  • Et l’attitude, ou notre réaction face à une situation difficile.

« La dernière des libertés est de choisir son attitude dans n’importe quelle situation », dit-il.

Gardez toujours la tête haute face à des circonstances défavorables.

Non mais le bonheur est un choix

Comment préserver son épanouissement professionnel, épanouissement au travail, darren hardy, changer de vie, micro habitudes, micro choix, comment changer de vie

Comment préserver son épanouissement professionnel

Si votre épanouissement au travail est inexistant, qu’est-ce qui vous empêche de faire un choix pour l’améliorer ?

Vous avez un impact dans votre vie.

Ne laissez rien ni personne vous priver de votre épanouissement professionnel ou de votre propre bonheur.

Écartez-vous des environnements toxiques ou des personnes négatives.

Choisissez de prendre en main vos choix professionnels.

Votre épanouissement professionnel passe par l’acceptation

Les personnes les plus heureuses sont celles qui ont un jour accepté la responsabilité totale de chaque aspect de leur vie.

  • Acceptez qui vous êtes.
  • Acceptez votre situation professionnelle et qu’il vous manque d’être épanoui-e- au travail.
  • Acceptez le fait qu’il y a des choses qui sont hors de votre contrôle.
  • Acceptez les choses que vous ne pouvez pas changer.

Commencez par arrêter de vous comparer aux autres tout le temps.

Comparez-vous avec la personne que vous étiez hier, pas à quelqu’un d’autre.

Portez votre attention sur votre progression vers l’épanouissement professionnel.

Préférez comparer vos évolutions.

Si l’envie de vous comparer avec quelqu’un d’autre est trop forte, mesurez vos évolutions avec vous-même entre hier et aujourd’hui.

Dès que vous aurez compris l’intérêt d’abandonner votre habitude de vous comparer, vous verrez le monde sous un angle totalement différent.

Une cliente m’a dit un jour :

“Jordane, plus je veux ressembler à quelqu’un d’autre, plus je me sens indigne.”

Et elle se coupait du monde et de toutes ces personnes formidables qui l’entouraient.

Une des clés pour votre épanouissement professionnel est de vous préoccuper de ce qui est important pour votre évolution, votre carrière et votre bien-être.

L’épanouissement c’est être reconnaissant-e- – exercice

  • En quoi êtes-vous reconnaissant-e- aujourd’hui ?
  • Quelle est cette chose pour laquelle vous êtes reconnaissant-e- ?

À l’époque où je n’étais pas bien dans mon job, j’ai fait un exercice très simple que vous pouvez faire aussi.

Je me suis entraîné à écrire tout ce pour quoi j’étais reconnaissant chaque jour.

Chaque jour j’écrivais une chose différente pour laquelle j’étais reconnaissant.

Dans ma vie personnelle, dans ma vie professionnelle, dans ma vie sentimentale, etc.

Cela m’a aidé à changer de point de vue sur mon quotidien en portant mon attention sur ces petites choses de la vie qui sont positives, plutôt que celles qui sont négatives.

La gratitude est étroitement liée à l’épanouissement et au bonheur

Une étude réalisée par l’Université de Californie et de Miami a révélé que les personnes qui éprouvaient de la gratitude étaient en moyenne 25% plus heureuses que les autres.

Que vous soyez convaincu-e-s ou non par ces chiffres, pratiquez et testez, vous validerez par vous-même.

Dans tous les cas, qu’il s’agisse de vous trouver une habitude de parler de ce pour quoi vous êtes reconnaissant ou de tenir un “journal de gratitude”, vous entraînerez votre cerveau à rechercher ce qu’il y a de bon dans votre vie.

Ce pourrait être le moyen le plus simple et le plus efficace d’améliorer sa vie, votre bien-être et votre épanouissement.

Charles Dickens le résume très bien : “Réfléchissez sur vos bénédictions actuelles, dont nous avons tous, et non sur vos malheurs passés, dont nous en avons tous un peu”

Le bonheur n’est pas une destination à atteindre: c’est une manière de voyager

Comment préserver son épanouissement professionnel, épanouissement au travail, Citation paulo coelho, citation décision, citation destination, citation quitter son travail, quitter son travail, quitter son job, quitter son emploi, citation reconversion professionnelle, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation la solution est en vous, citation osez briller, citation faire ce que l'on veut, citation se reconvertir, citation trouver sa voie, citation pour aller mieux, la solution est en vous, citation vie professionnelle, citation changer de travail, citation pour quitter son job

Comment préserver son épanouissement professionnel

Une fois que vous aurez mis en place tous ces changements en vous-même, il vous sera beaucoup plus facile d’identifier vos sources de frustrations externes quotidiennes.

Vous savez que votre cerveau a cette faculté à conserver le négatif ?

La bonne nouvelle est que vous pouvez aussi l’entraîner à conserver votre épanouissement.

Rick Hanson, l’auteur du livre : “Le cerveau du bonheur – La joie, le calme et la confiance en soi au temps des neurosciences“, nous explique que tout ce que vous entendez, tout ce que vous voyez, tout ce que vous ressentez font partie de processus conscients et non-conscients et sont régis par des neurones déclencheurs.

C’est-à-dire que quoi vous fassiez de manière prolongée ou répétée, cela laisse une empreinte durable en vous.

Plus vous pensez et ressentez d’une certaine façon, plus cela en deviendra une habitude puis une attitude.

Entraînez votre cerveau à rester focus sur les bonnes choses de la vie pour arrêter de faire comme toutes ces personnes qui voient les choses en termes de problèmes plutôt qu’en termes de possibilités, opportunités ou solutions.

Quand vous aurez changé votre façon de voir les choses, apprêtez-vous à avoir plus d’énergie et à réussir.

L’épanouissement professionnel est à votre portée

Lorsque vous remettez votre bonheur entre les mains de quelqu’un d’autre que vous, cette personne peut vous faire vous sentir heureux ou malheureux.

Libérez-vous de cela et prenez la responsabilité de votre bonheur.

Soyez responsable de votre épanouissement.

La prochaine fois que vous serez à la recherche d’une personne pour être heureus-e- et épanoui-e-.

Regardez-vous dans le miroir.

  • Vous verrez une formidable personne capable de prendre en main sa vie et son épanouissement.
  • Vous verrez une formidable personne capable d’acceptation, de gratitude et d’accomplissement.
  • Vous verrez une formidable personne capable de vivre une vie riche.
  • Vous vous verrez vous.

Pour aller plus loin :

Si vous avez le projet de reprendre votre carrière en main et de vivre une vie professionnelle plus épanouie, pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte.

 

A lire aussi :

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Comment changer son comportement à long terme

Comment prendre du recul face à une situation ?

13 techniques efficaces pour ÊTRE MALHEUREUX à coup sûr

Comment faire un CV professionnel qui force les recruteurs à vous appeler

Comment faire un CV professionnel qui force les recruteurs à vous appeler

reconversion professionnelle

Faire un CV professionnel efficace

Si vous avez cherché des conseils sur le net pour faire un CV, je suis sûr que vous avez dû chercher longtemps avant de trouver un site ou voire même un livre qui ne disait pas la même chose que l’autre.

C’est vrai ça, on vous conseille de rédiger un CV de la même manière qu’on le conseillait dans les années 90 ou 2000.

Surtout qu’en plus de cela il existe des sites pro qui proposent des modèles de cv attrayants.

D’ailleurs faire un CV aujourd’hui et faire un CV il y a 20 ans de cela, qu’est-ce qui a changé ?

Pas grand-chose !

Tout le monde sait faire un CV classique mais peu de gens savent faire un CV efficace.

Comment faire un CV professionnel efficace ?

Avant de commencer, il faut absolument que vous reteniez ces deux idées en mémoire.

  • Un CV ça ne vous permet pas d’obtenir un JOB.

  • Un CV ça vous permet d’obtenir un RDV.

La seconde idée est d’arrêter de vous victimiser.

Si vous n’obtenez pas de réponse après avoir envoyé votre CV, ce n’est pas à cause de votre nom ou de votre lieu d’habitat dans la majorité des cas, il vous faut assumer que votre CV est à retravailler.

Ça paraît brut dit comme ça, mais c’est pourtant le cas.

Je le constate très souvent.

J’étais en formation face à une personne qui me disait ne pas arriver à obtenir de RDV que c’était injuste etc…

Faire un CV professionnel ou faire un CV de lycéen ?

Quand je lui ai demandé son CV, il avait le CV d’un lycéen des années 2000.

Je sais à première vue si un CV reflète le meilleur du candidat.

Dans la majorité des cas, ce n’est pas le cas.

Et pour avoir fait du recrutement auparavant, je peux vous garantir que le recruteur passe très rapidement en revue votre CV.

C’est de l’ordre de quelques secondes.

Si ça ne saute pas aux yeux du recruteur, ce n’est pas lui qui va faire le tri ou rechercher les bonnes informations.

Je vous recommande l’utilisation d’outils adaptés pour permettre de faire ressortir les informations.

Votre CV doit raconter une histoire.

Oui vous avez très bien lu, je ne parle pas de la lettre de motivation que plus personne ne lit mais bien du CV.

Il doit permettre de vous raconter à travers des éléments.

Voici donc les 3 étapes pour faire un CV professionnel efficace.

Comment faire un CV professionnel qui force les recruteurs à vous appeler

1- Définissez votre avatar professionnel

comment faire un cv professionnel efficace,

comment faire un cv professionnel efficace,

Déterminez votre moi pro idéal, votre profil, votre personnage avec vos traits de caractère.

Puis demandez-vous quel est l’avatar idéal recherché par le recruteur.

Une fois que c’est fait, il vous faut aligner votre avatar avec le profil idéal recherché.

Faire ainsi permettra d’élaborer un fil conducteur et de savoir comment orienter l’histoire que vous allez raconter.

2- La continuité cohérente

L’autre élément crucial qui vous disqualifie, c’est d’avoir un CV gruyère avec plein de trous inexpliqués de plusieurs mois dans votre parcours.

Car quand vous avez un trou inexpliqué, devinez ce que se dit ce cher recruteur ?

Si depuis votre dernière expérience professionnelle il s’est écoulé plus d’un an, gros problème !

Faire un CV qui ne sentira pas le renfermé sera une grosse mission.

Mais comme chaque problème a une solution…

Donc voici 7 moyens de combler les trous :

  1. Si vous êtes en reconversion, il est légitime d’indiquer que vous avez travaillé la faisabilité de votre projet, par un bilan de carrière, un travail avec un coach, etc.
  2. La deuxième solution est de mettre en lumière les formations suivies, que ce soit en présentielle ou à distance, voire même de l’auto-formation. Montrez que vous avez entretenu votre cerveau.
  3. Si vous avez tenté de démarrer une entreprise, cela a pu durer plusieurs mois, c’est un trou comblé.
  4. La quatrième solution est l’investissement dans un projet personnel qui vous tenait à cœur : qu’il soit cohérent avec votre métier ou non, que ce soit passer du temps avec vos enfants, apprendre une langue, voyager ou autre chose. Il n’y a pas de mal à avoir pris ce type de décision, vous estimiez que c’était le bon moment et que vous en aviez besoin. C’est votre droit !
  5. La cinquième solution est d’inscrire vos activités associatives et de mettre en avant vos réalisations, vos contributions et votre implication au niveau collectif.
  6. Les missions d’intérim
  7. Et l’inscription à un organisme de formation pour préparer un diplôme ou une certification.

Á savoir que si vous n’avez rien fait d’autre que postuler, le recruteur s’en fiche car quand vous dites « j’ai cherché un poste », lui il entend « Je me suis encroûté et je ne suis plus du tout efficace ».

Montrez que vous n’êtes pas resté dans l’attente et que pendant ce temps vous avez été proactif, car il n’y a rien de pire que la passivité et une personne qui a été dans l’attente.

3- Faire un CV efficace c’est être orienté résultats

Si voulez faire un cv professionnel efficace, arrêtez de mettre dans la description de vos expériences, les tâches ! Justement ça fait tâche.

Comment est-ce que vous voulez que le recruteur identifie la valeur ajoutée que vous pouvez apporter à son entreprise, si vous mettez uniquement ce sur quoi vous avez été missionné.

Quand vous étiez étudiant et que vous racontiez à vos grands parents vos journées d’école, vous disiez les matières que vous aviez ou les résultats que vous obteniez ?

Les matières on s’en fiche ! Ce qu’on veut ce sont les résultats.

Sur votre CV c’est pareil, indiquez les résultats.

Ce sont les résultats qui permettent de vous différencier des autres candidats qui ont eux aussi peut-être inscrit les mêmes tâches que vous dans leurs expériences.

Pensez toujours valeur ajoutée !

L’autre jour je formais des personnes en reconversion.

Je leur faisais travailler leur valeur ajoutée, puis une personne me dit avec fierté que sa valeur ajoutée ce sont ces 20 années d’expériences.

Je lui ai dit « non, non ! Je t’explique pourquoi je te dis ça. Pourquoi tes 20 années ne sont pas une valeur ajoutée ? Qu’est-ce qui me prouve que pendant 20 ans tu as eu des résultats ? Tu peux très bien avoir été mis au placard ou tu as pu te planquer ? Je ne sais pas »

Quand je lui ai demandé quel a été le résultat final de ces 20 années d’expériences en termes de faits et de chiffres, il m’a répondu du tac au tac : « 50% d’augmentation du CA et gestion de 4 grèves seul »

Ça ce sont des résultats !

Et ça, ce sont des éléments qui font la différence entre un CV classique et un CV orienté résultats.

Faire un cv pro en fonction du domaine ?

Donc quelque soit votre expérience, votre parcours, votre secteur, hors professions nécessitant confidentialité :

  • Vous avez amélioré des choses, un processus, une méthode
  • Vous avez fait faire des économies
  • Vous avez permis l’obtention d’un contrat
  • Vous avez mis en place des projets en interne

Etc.

Le fait de mentionner un fait, un chiffre, une action concrète et ainsi un résultat vous fait marquer des points et vous faites la différence !

Donc même à compétences égales, même à diplômes égaux, même à parcours identiques à ceux des autres candidats, vos résultats eux seront toujours uniques ! Tout comme vous !

Alors osez valoriser vos réussites et assumez l’idée que vous avez une valeur ajoutée à apporter à un employeur qui serait heureux de travailler avec vous.

Soyez-en convaincu.

Voulez-vous en finir avec le blues
du dimanche soir et savoir
comment trouver à coup sûr
le job idéal ?

Recevez le Guide de RECONVERSION
étape par étape pour enfin être
heureux de vous lever le lundi matin

À quelle adresse voulez-vous recevoir
votre Guide pour trouver le Job Idéal ?
FELICITATIONS!
Dans 7 min, tu vas recevoir ton
“Guide pour trouver le job idéal”
Pour éviter que ton guide disparaisse dans tes spams,
Assures-toi d’ajouter “Jordane@OsezBriller.com”
à ta liste de contacts e-mail.

A lire aussi :

Trouver un emploi: 5 outils pour la recherche d’emploi

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

reconversion professionnelle

Avant de quitter son job : 7 livres à lire

Vous pensez à quitter votre travail ?

Ok, mais avant cela voici :

7 livres à lire avant de quitter son job

Avant de quitter son job : échanger

J’ai revu il y a quelques jours, un ami avec qui j’étais à l’université.

C’était la première fois qu’on se voyait depuis que j’ai quitté le salariat pour créer Osez Briller.

Pendant notre café, on a beaucoup parlé du marché du travail, de mon ancien monde (le conseil), du problème de désillusion du monde de l’entreprise lorsque l’on est jeune diplômé, notamment le manque de reconnaissance des managers qui jouent aux jeux politiques plutôt que de jouer aux leaders.

On en est venu au même constat : l’entreprise ne nous incite pas à utiliser notre cerveau tout frais sorti de nos études.

J’en ai d’ailleurs fait un podcast à ce sujet que j’ai appelé « faut-il être con pour réussir en entreprise ».

Donc nous avons parlé de ces derniers points et des raisons pour lesquelles j’ai finalement décidé que le salariat n’était pas ce que je voulais.

Quitter son job était une idée impensable à l’époque.

Jusqu’au jour où un cousin de passage à Paris et que je n’avais pas vu depuis longtemps me donna RDV dans un grand hôtel de luxe.

Avant de quitter son job : la culpabilité

Avant de quitter son job, citation quitter son job, démissionner citation, quitter son travail sans rien citation, quitter son job du jour au lendemain

Avant de quitter son job

J’ai donc rejoint mon cousin, on a discuté, on a rattrapé le temps perdu.

À l’époque je n’étais pas bien dans mon job.

Je me rappelle qu’il m’a dit une phrase, que je ne peux pas vous dire, mais qui m’a tellement impacté… à un point que j’avais l’impression d’être rentré dans la quatrième dimension.

En sortant je me disais « C’est clair que si je reste dans ce travail, je ne serai jamais capable de vivre heureux et d’être libre comme lui.” 

C’est pas que je rêvais de luxe et de rouler en Lamborghini, mais je rêvais de liberté financière et de voyages, ainsi que de travailler pour moi-même.

Tester son idée de projet

Alors que j’étais toujours consultant, je me suis dit qu’avant de quitter son job mieux vaut tester mon idée de projet.

J’ai alors démarré un projet en parallèle, mon premier blog, la prémisse d’Osez Briller, qui, après 6 mois de travail, rapportait des revenus complémentaires.

Je travaillais sur ce projet tous les soirs de la semaine et les week-ends.

Ce qui a commencé à être de plus en plus difficile pour jongler avec cette nouvelle vie.

Durant les six mois précédant la fin de ma vie de salarié, je me demandais si j’avais le temps et les ressources nécessaires pour faire de ma nouvelle activité une carrière à plein temps.

Et je me suis demandais : Que pourrais-je créer si c’était mon seul objectif ?

La tentation des pensées négatives et de la zone de confort

Alors j’ai commencé à me faire envahir par les pensées négatives.

  • “Je ne viens pas d’une école de commerce.”
  • “Je n’ai jamais été bon en vente.”
  • “Qu’est-ce que je sais de la gestion et du développement d’une entreprise ?”

Et quitter son emploi pour rejoindre un programme d’école de commerce ou une formation à 2000€ d’un gus sur le Net pour démarrer une entreprise n’était pas prévu.

  • Je n’avais pas le temps, la patience ou l’argent pour cela.
  • J’avais besoin d’apprendre.
  • J’avais besoin d’acquérir la base.

La base des affaires, la base de la vente, la base du marketing.

J’ai commencé par me faire une liste de lecture pour moi-même de tous les livres d’entrepreneurs dont j’avais entendu parler, qui me correspondait ou qui m’avaient été recommandés personnellement. 

J’ai dépensé 125,91 € sur 7 livres, un investissement qui m’a fait mal à l’époque, car je ne lisais pas.

Mais j’ai appris à aimer à lire.

Avant de quitter son job : 7 livres à lire

Avant de quitter son job, citation quitter son job, démissionner citation, quitter son travail sans rien citation, quitter son job du jour au lendemain

Avant de quitter son job

Je me suis dit : “c’est une idée plutôt pertinente de me faire une liste 7 livres à lire sur l’entrepreneuriat et le changement de vie juste avant de quitter son job.”

J’ai commencé à lire mon premier livre en été 2012.

Plus je lisais, plus je me voyais déjà sorti du monde de l’entreprise.

C’était pour moi l’impulsion idéale pour nourrir ma volonté et mon projet.

Tous les matins et tous les soirs, pendant que les gens faisaient la gueule dans le métro, moi je lisais, je consommais le plus de connaissances possible.

Quand j’arrivais au boulot, j’étais déterminé, car j’avais mes objectifs personnels.

Quitter son job pour créer sa boîte.

D’ailleurs je vous invite à lire cet article sur les 10 choses à faire avant de quitter son métier pour créer sa boîte.

Et j’ai quitté mon job le 30 septembre 2013.

Alors voici la liste des livres qui m’ont permis de créer Osez Briller et de me créer la vie qui me ressemble.

7 livres à lire avant de quitter son job

État d’esprit personnel et inspiration

1 – Pouvoir illimité – Tony Robbins

C’est le livre le plus connu de Tony Robbins.

Il m’a permis de reprendre le contrôle de ma force mentale et ce livre a le potentiel de changer votre vie.

2- Vos zones erronées – Wayne Dyer

Ce livre permet de porter son attention sur nos pensées et comportements négatifs comme la procrastination, l’anxiété, le manque d’estime de soi… pour les transformer positivement et s’en servir pour reprendre le contrôle de sa vie.

3- L’art du bonheur au travail – Howard Culter

Le but que l’on a tous dans la vie c’est d’être heureux.

Et la question du bonheur est importante lorsque l’on veut quitter son job, changer de vie ou se lancer dans ses projets. Je me suis ainsi laissé inspirer par les réflexions et conseils pratiques d’un inconditionnel heureux, le Dalaï-Lama.

Productivité

4- La semaine de travail de quatre heures – Tim Ferris

C’est aujourd’hui un classique pour les entrepreneurs ou ceux qui rêvent de nomadisme digital.

Gagner plus d’argent en travaillant moins – un concept étrange, surtout dans un pays comme le nôtre où le slogan d’une élection présidentielle était l’inverse.

Enfin l’inverse on se comprend.

En tout cas, j’ai complètement modifié mon rapport au travail. Ce seul bouquin m’a énormément aidé à développer ma productivité.

Je recommande ce livre à tout le monde, qu’il soit entrepreneur ou pas.

5- L’effet cumulé – Darren Hardy

J’avais déjà écrit sur Darren Hardy, dans l’article “comment changer de vie avec l’effet cumulé“.

J’utilise la formule exposée dans ce livre pour devenir la meilleure version de moi-même.

Ce livre est un manuel de base pour réussir et vivre une vie extraordinaire.

Business

6- Lean Startup – Eric Reis

À l’époque je n’ai lu qu’un livre pour créer ma boîte et c’était celui-là.

Pourquoi qu’un seul, car je ne voulais pas me faire parasiter par les différents courants, je voulais adopter à l’époque qu’une seule vision bénéfique.

Et ce livre parle très bien de comment lancer le plus efficacement possible son entreprise en affectant les ressources dont vous disposez et de positionner votre boîte dans l’amélioration continue.

Excellent livre pour savoir comment utiliser au mieux des ressources limitées.

7- Avant de quitter votre job – Robert T. Kiyosaki

L’auteur du best-seller Père riche, Père pauvre partage dans ce livre les leçons qu’il a tirées de son expérience d’entrepreneur.

Ça m’a permis de comprendre que devenir entrepreneur est une question de philosophie de vie.

Car il est question de se construire une vie.

Ce livre permet de se déconditionner et de faire le deuil de sa vie de salarié.

Finance

Bonus –  Père riche, père pauvre – Robert T. Kiyosaki

Ce livre a vraiment percé dans le concept de la richesse, des passifs et des actifs.

Je me souviens, j’étais assis dans le métro pour aller bosser je me faisais la réflexion : “Pourquoi je n’ai pas lu ce livre il y a 10 ans?”.

Mieux vaut tard que jamais.

Si vous avez un rapport conflictuel avec l’argent, et je sais qu’en France beaucoup de personnes en ont un, ce livre vous fera déculpabiliser et pacifiera votre rapport à l’argent.

Voilà j’espère que mon défi lecture vous sera autant bénéfique qu’il me l’a été.

Et permettez-moi de vous dire ceci :

Je sais que quitter son job est une affaire difficile.

Je ne suis pas comme la plupart des autres coachs ou types sur le net qui vous encourageront à quitter votre job pour vivre vos rêves.

Je ne suis pas là pour vous faire fantasmer et pour que vous vous rendiez compte 6 mois plus tard que vous avez fait une connerie.

Mais je veux que vous reteniez cette idée ;

Si vous n’êtes pas bien là où vous êtes, prenez une décision, mais prenez-la intelligemment, car quitter son job ça demande du courage et de la stratégie.

Et ces livres vous aideront à créer l’impulsion nécessaire qu’il faut pour oser quitter son job.

Voulez-vous en finir avec le blues
du dimanche soir et savoir
comment trouver à coup sûr
le job idéal ?

Recevez le Guide de RECONVERSION
étape par étape pour enfin être
heureux de vous lever le lundi matin

À quelle adresse voulez-vous recevoir
votre Guide pour trouver le Job Idéal ?
FELICITATIONS!
Dans 7 min, tu vas recevoir ton
“Guide pour trouver le job idéal”
Pour éviter que ton guide disparaisse dans tes spams,
Assures-toi d’ajouter “Jordane@OsezBriller.com”
à ta liste de contacts e-mail.

Pour aller plus loin :

Vous pensez que vous avez besoin de plus qu’une impulsion pour quitter votre job, que vous avez un projet de reconversion que vous repoussez chaque année et que vous voulez explorer la faisabilité de ce projet. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte.